Les femmes doivent tirer le plus grand parti des avantages du commerce

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Selon un rapport du Groupe de la Banque mondiale, intitulé  Women and Trade : The Role of Trade in Promoting Women’s Equality, les échanges commerciaux contribuent à combler l’écart de salaires entre hommes et femmes, tout en créant de meilleurs emplois pour celles-ci. De plus, la part des échanges internationaux dans le PIB est en corrélée à un niveau d’égalité entre les sexes plus élevé.

Cette analyse montre que les politiques commerciales affectent différemment les femmes et les hommes. Ainsi, lorsque les pays s’ouvrent au commerce, la part des salaires des femmes dans le secteur manufacturier augmente de 5,8 points de pourcentage en moyenne. Quand les femmes travaillent dans des secteurs fortement exportateurs, elles ont davantage de chances d’occuper un emploi formel, ce qui signifie plus d’avantages sociaux, une meilleure formation et une plus grande sécurité d’emploi.

D’où l’importance de lutter contre les discriminations à l’encontre des femmes dans le cadre des politiques commerciales. Si aucun pays n’impose ouvertement des modes de fixation des prix en fonction du sexe, les préjugés implicites peuvent déboucher sur des «taxes roses» économiquement préjudiciables aux femmes.

Ainsi, les politiques ciblées peuvent aider les femmes à tirer le plus grand parti des avantages du commerce. Il appartient donc aux gouvernements de concevoir des mesures de facilitation des échanges qui éliminent les obstacles spécifiques aux femmes. À savoir notamment remédier à la lourdeur des contraintes douanières, au manque d’accès aux crédits commerciaux et aux risques d’extorsion ou de harcèlement physique aux frontières auxquels les femmes sont confrontées.

 

Partager.

Votre commentaire