Le taux d’électrification rurale s’élève à 99,83% à fin 2021

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le taux d’électrification rurale au Maroc s’est élevé à 99,83%. Cette quasi généralisation de l’accès à l’électricité dans le milieu rural a nécessité des investissements à hauteur de 8121 millions de dirhams. Détails.

Ce projet d’envergure reflète le Programme d’Electrification Rurale Global (PERG), grâce auquel un total de 10 705 villages ont été connectés au réseau d’électricité, soit 334 445 logements, a précisé la ministre Leila Benali dans un exposé présenté devant la Commission des infrastructures, de l’énergie, des mines et de l’environnement de la Chambre des représentants.

En outre, la responsable a dévoilé que la capacité électrique installée est passée ainsi de 6 127 mégawatts en 2009 à 10 743 mégawatts à la fin de 2021. De surcroît, 52 projets d’énergies renouvelables sont en cours d’exploitation avec une capacité totale de plus de 4 gigawatts, et 59 autres projets sont en cours de développement ou de mise en œuvre avec une capacité d’environ 5,4 gigawatts.

La ministre a indiqué qu’un total de 8 777 km supplémentaires de lignes de transmission électrique ont été achevés pour un coût total de 29,13 milliards de dirhams, pour atteindre le total de la longueur, à fin 2021, à 28 352 kilomètres.

En termes de distribution d’électricité, de nombreuses infrastructures ont été achevées, dont 50 833 kilomètres de lignes à moyenne tension, 156 689 kilomètres de lignes à basse tension et 27 008 centres de transmission.

Des mesures ont été envisagées afin d’accélérer la mise en œuvre de certains projets et programmes prioritaires dans les secteurs de l’électricité et des énergies renouvelables, telles que la mise à disposition aux zones industrielles d’une énergie électrique compétitive d’origine renouvelable, tout en autorisant un premier projet d’une capacité de 50 mégawatts visant à alimenter la zone industrielle de Kénitra en énergie électrique.

Dans ce sillage, le ministère a pu alimenter les usines de dessalement d’eau programmées d’unités de production en énergie renouvelable. Le premier projet dans la région de Dakhla, d’une capacité de 40 mégawatts, a été alimenté et les travaux sont en cours pour l’usine de Casablanca.

Le ministère s’attelle, en symbiose avec les acteurs compétents, sur l’accélération de la mise en œuvre du projet de la centrale solaire « Noor Midelt », d’une capacité initiale entre 400 et 800 mégawatts. Par ailleurs, le ministère a annoncé les résultats des appels d’offres pour la mise en œuvre de projets solaires photovoltaïques d’une capacité totale de 400 mégawatts.

Share.

Leave A Reply