Garder les objectifs de développement en ligne de mire par des politiques de relance de la croissance de la productivité

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La croissance de la productivité du travail (la quantité produite par travailleur) est clairement la principale source durable de l’augmentation du revenu par habitant, laquelle est le premier moteur de la réduction de la pauvreté. L’impact de la pandémie de coronavirus (COVID-19), qui devrait freiner un peu plus cette dynamique après une décennie de déclin généralisé, doit nous préoccuper et nous inciter à intensifier nos efforts vers la réalisation des objectifs de développement alors même que nous amorçons le redressement et la reconstruction.

La contribution essentielle de la croissance de la productivité à l’amélioration des niveaux de vie ne fait aucun doute : grâce à leurs excellentes performances en la matière entre 1980 et 2015, les économies émergentes et en développement sont parvenues à réduire leur taux d’extrême pauvreté de plus d’un point de pourcentage par an en moyenne, selon un nouveau rapport de la Banque mondiale, intitulé Global Productivity: Trends, Drivers, and Policies. À contrario, la pauvreté a augmenté pendant la même période dans les pays affichant une croissance moindre de la productivité.

Malgré un écart de productivité encore considérable entre les pays en développement et les économies avancées, le recul de l’extrême pauvreté – 36 de la population mondiale en 1990 contre 10% en 2015- est un signe encourageant, prouvant que les économies moins riches progressent sur le front de la productivité et des revenus.

Malheureusement, la plupart des facteurs à l’origine de ces gains de productivité au cours des décennies précédentes perdent de leur force depuis quelques années. Le pic a été atteint en 2007. Dans le sillage de la crise financière internationale de 2007-09, les économies émergentes et en développement ont connu la chute la plus brutale, la plus longue et la mieux synchronisée de la croissance de la productivité depuis des décennies, mettant en péril les progrès durement acquis pour rattraper les économies avancées. Et cela, avant que la pandémie de coronavirus ne menace encore davantage les performances.

La résolution des incroyables défis économiques et sanitaires associés à cette crise est actuellement notre priorité absolue.  Mais l’heure est aussi au redressement et à la reconstruction et les responsables politiques doivent faire de la relance de la croissance de la productivité l’un de leurs axes d’intervention privilégiés pour regagner le terrain perdu. L’élaboration de cette feuille de route nécessite d’avoir une vision globale de l’évolution de la productivité, d’en saisir les facteurs sous-jacents et d’identifier les options de relance accessibles dans les conditions actuelles.

Une analyse des indicateurs de productivité dans les économies avancées et les pays émergents et en développement au cours des 40 dernières années montre que les gains associés à la redistribution des ressources des secteurs moins productifs au profit des plus productifs ont atteint leur niveau maximal  (par exemple, le déplacement de l’emploi des industries manufacturières à faible valeur ajoutée vers le tertiaire). Par ailleurs, le plafonnement des niveaux d’instruction et le ralentissement de l’essor des chaînes de valeur mondiales enrayent largement cette dynamique. La stabilisation, ou le déclin, de la diversification économique, de l’urbanisation et de l’innovation y sont aussi pour quelque chose. Sans oublier toute une série de chocs, dont le dernier en date est ce nouveau coronavirus. Les catastrophes naturelles s’enchaînent. Après le SRAS, Ebola et le Zika, nous connaissons actuellement la quatrième grande pandémie de ce siècle. Sans oublier les ravages provoqués par les guerres et les conflits armés.

Et voilà que le coronavirus pourrait à différents niveaux amplifier les forces contraires à la croissance de la productivité.  Malgré leur rôle essentiel pour stimuler la productivité, les investissements et les échanges risquent de s’essouffler face aux incertitudes entourant la durée de la pandémie et les conditions d’activité du monde d’après. Les heures de scolarisation perdues empêcheront de nombreux jeunes gens d’accumuler du capital humain. Et les restrictions de déplacement pourraient ralentir le déplacement de la main-d’œuvre vers des entreprises et des secteurs plus productifs.

« L’accélération de l’adoption des technologies, de l’intégration des instruments numériques dans la fabrication, la finance et l’éducation et de la résilience accrue des chaînes logistiques, sont autant de facteurs qui, paradoxalement, ont relancé la productivité à la faveur des perturbations liées à la pandémie. »

Mais notre quête de solutions pour contrer toutes ces difficultés a révélé un certain nombre de pistes susceptibles de renforcer malgré tout la productivité. C’est le cas notamment de l’accélération de l’adoption des technologies, de l’intégration des instruments numériques dans la fabrication, la finance et l’éducation et de la résilience accrue des chaînes logistiques — autant de facteurs qui, paradoxalement, ont relancé la productivité à la faveur des perturbations liées à la pandémie.

Pour autant, les responsables politiques doivent veiller à ce que les progrès dans ces domaines soient répartis équitablement, en s’assurant que les changements introduits par l’arrivée des technologies en milieu professionnel soient accompagnés par des formations et des dispositifs de protection sociale. De même, des investissements publics massifs dans un accès généralisé à Internet pourraient améliorer l’offre de formation et d’éducation en ligne. Car une main-d’œuvre instruite risque moins d’être remplacée par des robots…

Le contexte plus général nous appelle à réfléchir aux solutions pour restaurer ou renforcer les gains de productivité à mesure que le virus reflue. Certaines expériences antérieures peuvent se révéler utiles. Plusieurs économies émergentes et en développement sont bel et bien parvenues à rattraper leur retard de productivité par rapport aux économies avancées. Elles ont des points communs : un socle éducatif solide, des institutions puissantes et une structure de production diversifiée.

À terme, les priorités de l’action publique diffèreront d’une région à l’autre. Ainsi, des mesures de relance de l’investissement seront cruciales pour l’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne où le retard infrastructurel est important  — mais également pour l’Amérique latine et les Caraïbes où ces ambitions ont été modérées ou revues à la baisse. Les initiatives destinées à améliorer les performances éducatives pourraient aussi induire des gains de productivité en Asie du Sud et en Afrique subsaharienne.

« Les menaces que fait planer la pandémie actuelle appellent des mesures urgentes pour enrayer ce déclin. »

Et la diversification économique peut se révéler décisive sur ce plan dans les régions qui ont été trop dépendantes de la production d’énergie et de métaux — l’Europe et l’Asie centrale, l’Amérique latine et les Caraïbes, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne.

Une meilleure protection des droits de propriété intellectuelle en Asie de l’Est et dans le Pacifique, le recul de la détention d’actifs par l’État en Europe et en Asie centrale ou encore la refonte d’une législation du travail rigide en Amérique latine et dans les Caraïbes pourraient favoriser les politiques visant à susciter un virage technologique et l’innovation.

Partout, le démantèlement des barrières commerciales et l’intégration accrue dans les chaînes de valeur mondiales pourraient également relancer la productivité des entreprises. Et face aux difficultés financières grandissantes attendues dans les mois à venir, la transparence en matière d’endettement et d’investissement sera décisive pour garantir de saines performances de développement.

Étant donné la place centrale de l’agriculture dans bon nombre de pays à faible revenu — et sa faible productivité — les politiques visant à renforcer cette productivité par des investissements dans les infrastructures et la reconnaissance des droits de propriété devraient également porter leurs fruits.

Le tassement de la productivité est un problème complexe dont la résolution exige des solutions polyvalentes. Les menaces que fait planer la pandémie actuelle sur ce plan appellent des mesures urgentes pour enrayer ce déclin.  Pour ne pas perdre de vue tous les bénéfices de l’éradication de la pauvreté, et malgré les conséquences dévastatrices de la pandémie, nous devons impérativement relancer la croissance de la productivité au service d’une hausse durable, équilibrée et équitable des revenus.

Communiqué

Partager.

Votre commentaire