Tourisme, Quelle stratégie de relance ? La réponse de Mme Fettah Alaoui

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le secteur touristique au Maroc offre une opportunité majeure pour l’insertion professionnelle des jeunes en entreprise, en entrepreneuriat et en auto-emploi a affirmé, mercredi à Rabat, la ministre du Tourisme, de l’artisanat du transport aérien, et de l’économie sociale, Nadia Fettah Alaoui.

Le plan de relance du secteur touristique a prévu des dispositifs favorisant l’engagement des jeunes dans les filières touristiques, a souligné Mme Fettah Alaoui qui intervenait lors d’une conférence, tenue sous le thème « le secteur touristique après la crise de la Covid-19: Quelle stratégie de relance ? » à l’initiative de l’Association Ribat Al Fath pour le développement durable, en partenariat avec la Jeune Chambre Internationale de Rabat (JCI Rabat), à l’occasion de sa rentrée solennelle 2021.

Ces dispositifs s’articulent autour d’une refonte du dispositif de formation pour une meilleure adéquation emploi-compétences, outre le renforcement de la contribution des jeunes à la réflexion autour d’un nouveau paradigme du tourisme interne, a-t-elle précisé. Il s’agit aussi d’un soutien aux projets des très petites, petites et moyennes entreprises (TPME) dans le domaine touristique à travers notamment la mise en place d’une banque de projets touristiques pour l’enrichissement de l’expérience destination, en plus de programmes dédiés aux jeunes dans le cadre du partenariat avec l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), a dit Mme Fettah Alaoui.

Dans ce sillage, elle a fait savoir que le contrat-programme 2020-2022 positionnera la destination Maroc dans l’ère de l’après Covid-19, en l’adaptant aux nouvelles réalités de marché, en anticipant les changements dans les modes de consommation des touristes et en tirant profit des opportunités offertes dans un contexte de concurrence exacerbée.

Pour sa part, le président l’Association Ribat Al Fath, Abdelkrim Bennani a relevé l’objectif de cette rencontre est de réfléchir à une stratégie à mettre au point, avec les pouvoirs publics et la société civile, pour arriver à dépasser les soucis des jeunes employés dans ce secteur durant cette période de crise liée à la pandémie.

« Les Marocains ne manquent pas d’ingéniosité comme ils en ont fait preuve durant cette pandémie », a-t-il affirmé, ajoutant que c’est dans ce sens que les pouvoirs publics et les acteurs privés ont conjugué leurs efforts afin de décliner des programmes très ambitieux œuvrant à la préservation de l’emploi pour ces jeunes ainsi qu’au soutien économique et financier pour la relance de leurs projets.

De son côté, le président de la JCI Rabat, Mehdi Znati, a mis en avant les objectifs ambitieux de l’association qui vise à renforcer l’engagement avec les partenaires existants, de tisser de nouvelles relations avec des initiatives à grand impact et d’encourager la culture de la collaboration.

Présente dans plus de 120 pays, la JCI est une organisation non-gouvernementale (ONG) internationale qui a pour mission d’offrir des opportunités de développement aux jeunes en leur donnant la capacité de créer du changement positif au sein de leurs communautés.

Partager.

Votre commentaire