Le Maroc invité d’honneur du salon «ePower & Building 2018»

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Salon mondial de la construction «ePower & Building 2018», qui se tient du 13 au 16 novembre à Madrid, connait une forte participation du Maroc. En effet, une importante délégation, conduite par le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Abdelahad Fassi Fihri, y prend part. Cette délégation est composée de Madame l’embassadeur du royaume en Espagne, le président du directoire Al Omrane, la directrice des ouvrages d’art au ministère de l’équipement, du transport et de l’eau, les représentants notamment de la Fédération nationale de l’industrie des matériaux de constructions (FMC), de la Fédération national du conseil et de l’ingénierie (FMCI), de l’Ordre national des ingénieurs géomètres topographes (ONIGT), de la Fédération nationale de l’électricité (FENELEC) et du Conseil national de l’Ordre des architectes (CNOA).

Des représentants de la Fédération marocaine du conseil et de l’ingénierie (FMCI), de la Fédération nationale de l’électricité, de l’électronique et des énergies renouvelables (Fenelec), du Groupe Al Omrane, de la Fédération des industries des matériaux de construction (FMC), du EMC-Cluster de l’efficacité énergétique et la construction durable, du MGBC-Moroccan Green Building Council et de Viales y Obras Públicas Maroc participent également au salon.

La participation du Maroc à cet événement de dimension mondiale en tant qu’invité d’honneur ambitionne de contribuer au renforcement des liens économiques entre les deux pays et de dynamiser davantage les échanges entre les opérateurs économiques marocains et espagnols.

La participation du Maroc à cet événement de dimension mondiale en tant qu’invité d’honneur vise à contribuer au renforcement des liens économiques entre les deux pays et de dynamiser davantage les échanges entre les opérateurs économiques marocains et espagnols.

Intervenant lors d’une journée placée sous le thème «Maroc : opportunités d’un marché en expansion», le président de la FMC, David Toledano, a souligné que l’industrie des matériaux et de construction au Maroc constitue une activité «mûre et importante» qui offre des perspectives très prometteuses aux investisseurs étrangers, Espagnols en particuliers, qui désirent développer leurs activités dans le Royaume, saluant la prise de conscience écologique des industriels marocains qui veillent au respect de l’environnement et des exigences de développement durable.

Ce Salon représente une opportunité idoine pour réfléchir sur la création de nouvelles joint-ventures entre les industriels marocains et espagnols dans les différentes branches de la construction, en vue de tirer profit des expériences des uns et des autres et de développer la qualité et la compétitivité des produits fabriqués, a-t-il ajouté.

De son côté, le président de l’ONIGT, Khalid Yousfi, a assuré que le secteur du BTP marocain a connu, durant ces deux dernières décennies, un essor considérable grâce à l’utilisation des nouvelles technologies, la modélisation des informations collectées sur le terrain et la mise en œuvre du chantier de la dématérialisation, qui ont permis de réduire les coûts et d’optimiser les délais. Et de noter que cette rencontre constitue une occasion pour valoriser les acquis réalisés par le Royaume et présenter les opportunités qu’il offre aux investisseurs en quête d’opérateurs fiables, de politiques adéquates et de stabilité économique et politique.

Le représentant du CNOA, Abderrahmane Chebitou, qui a présenté un exposé sur «l’architecte face aux défis de la digitalisation et du développement durable», a souligné que le Maroc, sous l’impulsion de S.M. le Roi Mohammed VI, a adopté une nouvelle logique dans l’acte de bâtir, qui accorde la priorité à la durabilité et à l’économie d’énergie, tout en impliquant l’ensemble des intervenants dans la chaine de construction. Il a relevé que la prise en compte des enjeux sociétaux s’est illustrée à travers la mise en place d’un cadre réglementaire cohérent, et l’intégration des préoccupations énergétiques et environnementales en amont de la conception des projets urbains et des villes nouvelles.

 

 

Share.

Leave A Reply