TIC

La création d’emploi dans les métiers du digital et de l’Offshoring, au cœur d’une rencontre entre le Chef du Gouvernement et l’APEBI  

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

   Monsieur le Chef du Gouvernement, Son Excellence M. Saad Dine El Otmani a accordé une audience au Président de l’APEBI, Amine ZAROUK et au Vice-Président Général Mehdi Alaoui, à propos de la création d’emploi dans les métiers du digital et de l’Offshoring.

Cette rencontre a été l’occasion de revenir sur la circulaire 22/2020, signée par Monsieur le Chef du Gouvernement au mois de Décembre 2020, pour le soutien du secteur de l’Offshoring. L’APEBI a tenu à remercier officiellement le Chef du Gouvernement pour sa mobilisation et son fort engagement pour un secteur en constante transformation qui représente un fort potentiel pour l’économie du Royaume et qui a démontré une forte résilience pendant la crise sanitaire.

En effet, la mobilisation solidaire du gouvernement, avec le Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie Verte et Numérique comme locomotive, a démontré la dimension stratégique de ce secteur pour l’économie de notre pays.

En effet, et pour rappel, les travaux réalisés étroitement entre l’APEBI et le Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie Verte et Numérique, se sont matérialisés par trois mesure phares :

  • Le maintien des avantages au niveau de l’IS,
  • La digitalisation des procédures d’octroi des incentives ; et
  • Le remboursement des formations effectuées à distance.

Lors de cette rencontre, l’APEBI qui pèse près de 70 Milliards de Dhs, en termes de Chiffres d’Affaires et plus de 100 000 emplois, a exprimé sa principale préoccupation aujourd’hui : accompagner le Royaume pour la création des emplois de demain et la transformation digitale des compétences nationales.

A cet effet, plusieurs thématiques et sujets ont été traités avec le Chef du Gouvernement :

L’offshoring, en tête des secteurs créateur d’emploi

Selon l’étude réalisée dans le cadre de la structure d’animation offshoring, le potentiel de création d’emploi dans le secteur est considérable : près de 50.000 emplois à l’horizon 2023.

L’APEBI a entamé des discussions avec des bailleurs de fonds internationaux afin de financer des formations et ainsi anticiper la mutation des métiers classiques, tels que les métiers de la relation client ou les métiers manuels à faible prérequis intellectuel.

Les Freelancers, une population peu valorisée au Maroc

Les freelancers représentent une opportunité de taille pour créer une communauté de compétences à forte valeur ajoutée pour l’économie du pays.

L’APEBI a soutenu et accompagne actuellement le programme Offshoreurs Auto-entrepreneurs (Moroccan Freelancers), initié par le Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie Verte et Numérique, dont la finalité est de former 200.000 jeunes sur 4 ans pour être autonomes et auto-entreprendre

L’APEBI a par ailleurs confirmé son engagement auprès de l’ADD et noté avec satisfaction la qualité de coopération avec cette dernière.

Lindustrie 4.0, la compétitivité de l’économie en question

Afin d’accompagner cette importante dynamique du gouvernement, visant à soutenir la souveraineté industrielle et la production de substitution, l’APEBI a mis en avant le lien étroit entre la digitalisation des industries marocaines et leur compétitivité et performance. Une transformation de fond qui concernera, en plus de l’outil de production et les processus de managements, les profils des salariés qui seront à réinventer.

L’APEBI est engagée avec les acteurs publics et les partenaires sociaux afin d’offrir les meilleurs outils dédiés à l’accompagnement des compétences marocaines dans leur évolution digitale (Télé travail, temps partiel, nouvelles formes de travail, formation, etc)

Les Starts Ups ou comment décentraliser la création d’emploi

La création d’un écosystème de starts up est indissociable de toute stratégie digitale d’un pays. Les pépinières d’entreprises technologiques et innovantes contribuent au recrutement des jeunes talents et facilitent leur intégration dans le monde professionnel.

L’APEBI a insisté sur l’urgence de libérer le texte qui définit la nouvelle charte d’investissement avec sa composante concernant les Stratups : le “Startup,Act”

Les Régions ou comment décentraliser la création demploi

L’APEBI, dans le cadre d’un collectif composé de l’AUSIM, MNC et MSEC, a ouvert un chantier majeur, en étroite collaboration avec les CRI régionaux, dans la perspective de créer un réseau de « Zones d’Accélération Digitale » dans différentes régions. Ces zones intégrées d’innovation digitale regrouperont des centres de recherche universitaires, des startups marocaines et africaines à fort potentiel, des incubateurs, des centres de formation/reconversion, des sociétés en forte démarche de digitalisation. L’idée d’inciter les régions à proposer une déclinaison digitale de leur PDR a été également abordée.

Face à ces défis, l’APEBI a sollicité le soutien du gouvernement pour la mise en œuvre de quatre mesures prioritaires :

  • Soutenir la création de centres d’excellences et de plateformes de reconversion professionnelle, dédiées au digital, des jeunes en situation difficile ou en phase de transition
  • Renforcer le développement de l’écosystème des freelancers à travers de la formation professionnelle et leur intégration dans l’économie numérique
  • Accompagner la transition digitale des régions marocaines à travers la création de PDR Digitaux
  • Soutenir la création de l’écosystème des starts ups en rendant opérationnel le Start Up Act

Communiqué

Partager.

Votre commentaire