Immobilier.. L’indice des prix des actifs accuse une baisse de 0,8% au troisième trimestre de 2020

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) a baissé, en glissement annuel, de 0,8% au troisième trimestre de 2020 et les transactions de 9,5%, selon Bank Al-Maghrib (BAM) et l’Agence nationale de la conservation foncière du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).

Le repli des prix reflète des baisses de 1,2% pour les actifs résidentiels et de 0,4% pour les terrains, les prix des biens à usage professionnel ayant, en revanche, progressé de 3%, précisent BAM et ANCFCC dans une note sur la tendance globale du marché immobilier au 3e trimestre 2020.

La diminution du nombre des transactions est, quant à elle, en relation avec la baisse de 15,3% des ventes des actifs résidentiels, explique la même source, notant qu’en revanche, les ventes des terrains ont quasiment stagné et celles des biens à usage professionnel ont progressé de 22,8%.

Par catégorie d’actifs, la baisse des prix des actifs résidentiels reflète les replis de 1,1% des prix des appartements, de 2,7% pour les maisons, compte tenu de la hausse de 0,8% des prix des villas. Concernant les ventes, elles ont baissé de 15,3%, avec des reculs de 14,8% pour les appartements, de 26,1% pour les maisons et de 10,1% pour les villas.

S’agissant des biens à usage professionnel, l’évolution de leurs prix résulte des hausses de 3% pour les locaux commerciaux et de 3,8% pour les bureaux.

En ce qui concerne les transactions, elles ont progressé de 22,8%, avec des accroissements de 22,4% des ventes des locaux commerciaux et de 25% de celles des bureaux.

Par ville, ladite note fait ressortir que les prix se sont accrus, en glissement trimestriel, à Rabat, Casablanca, Marrakech et Tanger de 12%, 2,9%, 0,9% et 5,3% respectivement.

Élaborés conjointement par BAM et l’ANCFCC, l’IPAI est calculé selon la méthode des ventes répétées qui permet de remédier au problème de l’hétérogénéité des biens immobiliers. Cette méthode ne prend en considération que les biens ayant fait l’objet d’au moins deux transactions au cours de la période concernée.

A. Q

Partager.

Votre commentaire