Villes sans bidonvilles… Le programme vise à reloger 22.000 familles au niveau de Skhirat-Témara

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le programme «villes sans bidonvilles» vise à reloger quelque 22.000 familles au niveau de la préfecture de Skhirat-Témara, a indiqué vendredi à Témara, la ministre de l’Aménagement du Territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Nouzha Bouchareb.

Intervenant lors d’une rencontre d’information au profit des promoteurs immobiliers sur la relance du programme villes sans bidonvilles de la préfecture de Skhirat-Témara, la ministre a relevé que l’approche modèle adoptée concerne le relogement de 22.000 ménages, soit près de 100.000 personnes en une période ne dépassant pas 3 ans, ajoutant que cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des Hautes orientations Royales visant à garantir à toutes les catégories de la société un logement digne et une amélioration du cadre de vie.

Abordant la mise en œuvre de ce programme, la ministre a révélé qu’un accord a récemment été signé entre le ministère de l’Intérieur, le ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration ainsi que le ministère de l’Aménagement du Territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, afin d’acquérir des logements sociaux auprès des promoteurs immobiliers, permettant ainsi aux habitants des bidonvilles de bénéficier d’un logement décent. Ce programme permettra l’élimination des bidonvilles dans la préfecture de Skhirat-Témara dans un délai de 3 ans, précise-t-elle.

L’espace territorial de la préfecture de Skhirat-Témara connaît diverses tendances urbaines, le confrontant ainsi à plusieurs défis, a souligné la ministre, mettant en exergue la nécessité de développer une vision innovante, à même de mettre en œuvre les divers programmes et atteindre un développement durable pouvant répondre aux spécificités de la préfecture.

Mme Bouchareb a affirmé que cette rencontre illustre l’engagement continu du ministère auprès de ses partenaires nationaux et locaux dans sa lutte contre les logements indécents, notamment les bidonvilles ainsi que sa volonté d’améliorer les conditions de vie de la population, tout en préservant l’environnement et en réalisant un développement durable.

En outre, la ministre a souligné que cette rencontre intervient également dans le cadre de la mise en œuvre du programme gouvernemental 2017-2021, visant à réduire le déficit en logement à 200.000 unités, en adoptant une approche intégrée et participative entre les différents ministères et départements concernés, ajoutant que la coordination avec le ministère de l’Intérieur aux niveaux national et provincial a permis de réduire le déficit en logement, de 1,2 million à 380.000 unités.

La responsable gouvernementale a tenu à rappeler la conjoncture exceptionnelle liée à la propagation de la pandémie de Covid-19, mettant en avant ses répercussions négatives sur les tranches vulnérables, ainsi que sur la majorité des secteurs d’activité.

Pour sa part, l’inspectrice régionale de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme de la région Rabat-Salé-Kenitra, Azhar Ktitou, a présenté un exposé mettant en lumière les grandes lignes et l’état d’avancement du nouveau programme de relogement des habitants des bidonvilles de la préfecture Skhirat-Témara, indiquant, à cet effet qu’il a permis jusqu’à présent, le relogement de 19.453 familles, tandis que plus de 20.000 ménages sont en attente de relogement.

La responsable s’est, également, arrêtée sur les contraintes auxquelles est confronté l’espace territorial de la préfecture, évoquant notamment l’incohérence du tissu urbain, la carence constatée au niveau des services et espaces publics ou encore la problématique des bidonvilles.

Pour leur part, les promoteurs immobiliers ont évoqué les différents enjeux de la mise en œuvre du programme villes sans bidonvilles, mettant en lumière la rareté du foncier dans la préfecture Skhirat-Temara, les problèmes intrinsèques au Plan de restructuration, ainsi que les difficultés liées à l’obtention des autorisations de construction, appelant à cet effet à plus de coopération et de flexibilité pour surmonter ces obstacles.

Ont participé à cette rencontre, le wali de la région de Rabat-Salé-Kénitra Mohamed Yacoubi et le gouverneur de la préfecture de Skhirat-Témara, Youssef Draiss.

K. FAKHIR

Partager.

Votre commentaire