Urbanisme.. Mme Bouchareb préside une réunion avec les directrices et directeurs des établissements de formation relevant du ministère

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans le cadre des préparatifs de la rentrée universitaire 2021/2022, la Ministre de l’Aménagement du Territoire National, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville, Madame Nouzha BOUCHAREB, a présidé le 21 septembre 2021, une réunion de travail avec les Directrices et Directeurs des établissements de formation relevant du Ministère : l’Institut National de l’Aménagement et de l’Urbanisme (INAU) ; les Ecoles Nationales d’Architecture (ENA) de Rabat, Marrakech, Tétouan, Fès, Agadir et Oujda ; et les Instituts de Formation des Techniciens Spécialisés en Architecture (IFTSAU), de Meknès et Oujda.

Cette rencontre a constitué une occasion pour d’une part présenter le bilan des réalisations et l’évaluation du dispositif mis en place pour pallier aux effets de la pandémie Covid-19 et d’autre part pour s’enquérir des mesures prises par ces établissements pour garantir une rentrée universitaire 2021-2022 dans les meilleures conditions et aussi de présenter les défis qui se profilent à l’horizon et qu’il s’agit de relever pour un avenir meilleur.

Année académique 2020-2021 : un bilan positif

Face aux conditions exceptionnelles liées à la pandémie Covid-19, et pour la deuxième année consécutive, les établissements de formation ont fait preuve de beaucoup de résilience et d’une grande capacité d’adaptation.

En effet, grâce à l’engagement sans faille des responsables et staffs pédagogiques et administratifs, les écoles et instituts ont pu dispenser 100% des enseignements programmés. Ainsi, plus de 2400 heures de cours, par année universitaire, ont été assurées par plus de 330 enseignants, dans le respect des objectifs pédagogiques, des plannings établis, des masses horaires et créneaux habituels. D’ailleurs, la moyenne des taux de réussite affichés dans l’ensemble des établissements qui avoisine 98%, confirme ce constat.

Concernant les Ecoles Nationales d’Architecture, dont la création est animée par la volonté du Ministère d’accompagner les régions dans leur essor ; et compte tenu du nombre croissant d’année en année des candidats pour passer le concours d’accès aux ENA, le Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la Ville a entrepris d’organiser, pour la première fois, régionalement le concours d’accès au titre de l’année 2021-2022. Ainsi, Chaque Ecole a pu organiser son Concours de façon autonome, sous forme d’une sélection établie par ses soins, suivie d’un examen écrit organisé aussi de façon autonome par chaque école.

Les concours se sont déroulés dans 9 centres d’examen, mis en place dans 6 préfectures du Royaume et ont mobilisé plus de 450 enseignants et surveillants à l’échelle nationale ainsi que les équipes des Universités partenaires

Dans ce cadre, de nouvelles dispositions ont été également instaurées, à savoir le doublement du nombre de candidats à passer le concours, l’augmentation pour la deuxième année consécutive de la capacité d’accueil des ENA en vue de renforcer l’offre publique d’enseignement en architecture (2020 : +12% et 2021 : +8%).

S’ajoute à cela, l’augmentation du nombre d’étudiants étrangers admis qui est passé de 10% à 12%.

 

Dans un autre registre, le rythme des travaux relatifs à la construction et aménagement des sièges des ENA déjà engagés, a été maintenu malgré les circonstances contraignantes du Covid-19.

Rentrée universitaire 2021-2022 : les établissements de formation prêts à recevoir leurs étudiants

Les Directrices et Directeurs de l’INAU, des ENA et des IFTSAU ont partagé leurs visions respectives pour aborder la rentrée universitaire actuelle.

A ce titre, soucieux de préserver la santé des étudiants, des équipes pédagogiques et du personnel administratif, ils ont mis en place, à l’instar de la rentrée précédente, un dispositif de sécurité sanitaire visant à assurer une rentrée réussie, respectant les mesures sanitaires préconisées par les pouvoir publics.

Aussi, afin de garantir le droit à l’apprentissage et à l’encadrement pédagogique dans les meilleures conditions possibles, tout en respectant la capacité d’accueil des établissements conformément aux mesures imposées par cette situation épidémique, les enseignements se dérouleront selon un mode hybride, alternant présentiel et distanciel de telle sorte à ne pas dépasser 50% de leurs capacité d’accueil dans les ENA et en présentiel à l’INAU et les IFTSAU, dans le respect des mesures de distanciation préconisées.

Les ENA organisent leur pré-rentrée le 1er octobre 2021 tandis que la rentrée effective est prévue pour le 4 octobre.

Principaux défis d’étape à relever

Afin de réussir la transition vers un nouveau paradigme de développement, les établissements de formation sont confrontés à des défis qui se renouvellent sans cesse au niveau de la pédagogie, de l’organisation, de la gouvernance et du partenariat.

Concernant le volet pédagogique, les établissements sont tenus de maintenir la qualité des enseignements en opérant des évaluations régulières en vue de les normaliser et les adapter aux exigences contextuelles en perpétuelle évolution.

Les ENA, particulièrement, sont interpelées à préserver leur autonomie età définir encore plus que jamais leur vocation tout en évoluant vers une spécialisation tirée de leur ancrage territorial.

Au niveau de l’organisation, les établissements devront pouvoir parachever leurs organigrammes et se doter des moyens humains et des ressources nécessaires au maintien et au renforcement de leur positionnement régional.

Par ailleurs, la mise en place d’un cadre partenarial innovant constitue, en outre, un défi majeur permettrait de renforcer la synergie, d’optimiser les ressources et consolider les meilleures pratiques au sein des ENAS. En outre, le renforcement des réseaux des acteurslocaux et régionaux devrait obéir à la définition d’objectifs pertinents et fédérateurs qui participeraient à renforcer le positionnement de ces établissements dans leurs territoires et leur rayonnement au niveau régional et international, en cohérence avec les orientations contenues dans le projet de Régionalisation Avancée et du Nouveau Modèle de Développement.

Partager.

Votre commentaire