Tourisme.. La relance du secteur objet d’une vidéoconférence du CRT de Marrakech-Safi

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Conseil Régional du Tourisme (CRT) de Marrakech-Safi a discuté des voies et moyens de relance du secteur touristique dans le sillage de la crise induite par la pandémie du Covid-19 lors d’une visioconférence organisée récemment.

Ce «Webinaire» de concertation a connu la participation d’une soixantaine d’acteurs et de professionnels du tourisme, dont les présidents des Associations professionnelles (AIH, ARAVM, AMHMS) et de l’Association des guides, les présidents des Conseils provinciaux de Tourisme (CPTs) d’Essaouira, Safi, Rehamna et d’Al Haouz, ainsi que les institutionnels des secteurs d’activités liés au tourisme (CRI, ONDA, universités, artisanat, agriculture etc…), indique un communiqué du CRT.

Les professionnels vont être «confrontés à une nouvelle ère, avec de nouvelles règles : l’hospitalité sans contact se pointe à l’horizon pour y rester», a soutenu, à cette occasion, le président du CRT de Marrakech-Safi, Hamid Bentahar, cité par le communiqué.

L’ère post Covid-19 «aura une économie façonnée par de nouvelles habitudes et réglementations basées sur une interaction réduite en contact étroit et des restrictions de déplacement et d’hygiène plus strictes», a-t-il expliqué.

  1. Bentahar a également tenu à exprimer les remerciements des opérateurs et professionnels du tourisme au personnel de la santé, aux agents d’autorité, aux forces de l’ordre (police, gendarmerie royale, forces auxiliaires), aux agents municipaux, aux éléments de la protection civile, au personnel chargé de la propreté et de l’hygiène et aux bénévoles, pour les efforts inlassables et la mobilisation totale de ces «héros de l’ombre» pour veiller à garantir la sécurité sanitaire des citoyennes et citoyens.

Au cours de cette rencontre, les débats, de plus de deux heures durant, ont porté sur trois axes principaux : «sécuriser», «relancer» et «réinventer» le tourisme, relève le communiqué, notant qu’un comité de veille, une task-force régionale, à été mis en place à cet effet.

Concernant le premier axe relatif à la sécurisation, les discussions se sont focalisées sur «Quels protocoles et quels parcours citoyens, collaborateurs, visiteurs/clients après le déconfinement ?».

Conscients du fait que la reprise de l’activité économique est intimement liée au respect des mesures sanitaires, les professionnels se sont mobilisés pour prendre les précautions drastiques par rapport à l’hygiène sanitaire et à la distanciation sociale, note le communiqué, ajoutant que «la perturbation actuelle changera notre façon de manger, de travailler, de consommer, de faire de l’exercice, de gérer notre santé, de socialiser et de passer notre temps libre-un rythme de changement sans précédent».

Une rétrospective a été, ainsi, dressée sur toutes les mesures prises à différents niveaux par le CRT de Marrakech-Safi et l’ensemble de ses partenaires, les associations professionnels aux côtés des autorités locales.

En effet, depuis l’apparition des premiers cas du Covid-19, rappelle la même source, un comité de veille a été mis en place, à l’instar des différentes régions du Royaume, présidé par le wali de la région, et composé des représentants des autorités locales, des services sanitaires, des forces auxiliaires et des représentants des professionnels du tourisme.

Différentes mesures ont été prises, dans la foulée, avec un suivi quotidien : protocoles, fiches de contrôle, kits de formation, mesures drastiques de distanciation sociale, mobilisation pour faciliter le rapatriement des touristes désireux de regagner leurs pays d’origine, garantie du transport terrestre, fourniture de repas gratuits et hébergement au profit du personnel médical avec plus de 2.500 chambres mises à leur disposition, mise en place de nombreux ateliers interactifs et collaboratifs à distance (Université Cadi Ayyad, CRI, EBF, CRT, CGEM et Agence urbaine), mobilisation permanente et quotidienne des autorités, des instances élues et de la société civile pour venir en aide aux sans-abri et aux plus démunis, campagne de sensibilisation sur le Web via les réseaux sociaux.

Pour ce qui est du deuxième axe inhérent à la relance, l’accent a été mis sur l’action collective et la réinvention pour relancer les activités touristiques et construire l’engagement des acteurs du secteur et leurs collaborateurs, ainsi que celui des clients et des partenaires.

Globalement, les professionnels de la région, par le biais de leurs associations respectives (CRT, AIH, ARAVMS, Association des restaurateurs, transporteurs et leurs fédérations de métiers (CNT, FNIH, FNAVM), ont priorisé la sauvegarde des entreprises et la préservation de l’emploi sur toute la chaîne des valeurs, de l’industrie des voyages et de l’hospitalité.

«Il faut agir ensemble pour créer un élan et réduire l’incertitude grâce à l’action», souligne-t-on.

Les activités sur le marché local seront les premières à revenir, alors que pour l’international il y a lieu d’établir un certain nombre de plans de relance différents par marché et qui seront adaptés à chacun des segments, relève le communiqué, expliquant que cela dépendra également de la reprise des vols et de la levée des mesures de fermeture des frontières imposées par chaque pays.

Selon la même source, le plan de relance devra s’articuler autour de trois thématiques essentielles : la première est inhérente au marché national, à travers la mise en place du plan d’accélération de la compétitivité des acteurs et des territoires, le budget de promotion pour stimuler la demande locale, la création d’une plateforme collaborative de distribution à destination du tourisme local, le redémarrage de la RAM en mettant en place des lignes intérieures cet été, tout en évitant l’engorgement des destinations classiques, la révision du calendrier des vacances scolaires pour étaler la saison, la mise en place de crédits Vacances et de Chèques Vacances défiscalisées.

La deuxième thématique concerne le marché international : mobilisation d’un budget additionnel de promotion pour stimuler la demande internationale et d’un budget Co-Marketing pour lancer des négociations auprès des compagnies aériennes pour reconnecter la destination, mise en place de processus sur toute la chaîne de valeurs pour rassurer sur les conditions sanitaires pour les touristes et accélération du Plan digital pour la promotion de la destination.

La troisième et dernière thématique est relative à «l’offre produit» : mise en place d’un fonds de soutien spécifique pour accompagner le secteur durant les 2/3 prochaines années permettant notamment le déploiement d’un plan d’investissement dans le tourisme rural, le tourisme durable, les activités d’animation et de loisirs, l’accélération des projets structurants de la Région (Palais des Expositions, Méga parc de loisirs, station Oukaïmeden…), mise en place d’accompagnement pour les hôtels souhaitant réaliser des travaux de rénovation, création de la plateforme E-learning pour accompagner des entreprises pour la montée en compétence des Ressources Humaines.

Concernant le volet de la réinvention, l’accent a été mis sur la nécessité d’”inventer le premier jour d’après et reprendre le pouvoir de nos imaginaires pour ne pas plonger dans le fatalisme face à l’imprévisibilité».

«Se réinventer pour mieux nous protéger et protéger les autres : sécurité sanitaire renforcée, interaction sans contact…, pour pouvoir rouvrir, pour relancer nos activités et enfin pour trouver de nouvelles opportunités commerciales tirées par les nouveaux comportements des clients, innover et concevoir de nouvelles solutions et de nouvelles propositions sur le marché», lit-on dans le communiqué qui indique que de nouvelles opportunités seront ainsi façonnées par de nouvelles habitudes et de nouvelles envies.

«Les voyages deviendront plus significatifs et le rural va devenir le vrai luxe pour s’échapper en toute sécurité, la consommation locale deviendra un acte de solidarité», fait constater la même source, soulignant que «nous deviendrons tous des consommateurs et des acteurs encore plus engagés. Des consommateurs plus conscients de la société et de l’environnement».

Et d’ajouter : «Nous serons tentés d’aller au-delà des sentiers battus avec l’envie de découvrir de nouveaux territoires pour vivre de nouvelles expériences, de nouvelles émotions…».

Pour réinventer, le CRT de Marrakech-Safi a adopté une nouvelle vision stratégique avec ses partenaires historiques mais aussi avec de nouveaux partenaires de nouvelles coopérations.

Une équipe renforcée, appuyée via des task-forces engagées : voyagistes, experts du digital, groupements de créatifs, artistes et photographes, Universités, écosystèmes, entrepreneurial, délégation ministère agriculture, direction des eaux et forêts, délégation artisanat, délégation ministère transport…

La voie est ouverte pour faire du CRT «un hub d’engagement autour de la Région puisant dans l’expertise du voyage et de l’hospitalité, mais composant avec la notion innovante d’une Région créativement innovante», conclut le communiqué.

J. O

Partager.

Votre commentaire