Scandale immobilier de Temara : La liste des éléments impliqués s’allonge

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les répercussions du scandale de la construction se poursuivent dans la ville de Temara, qui a fait tomber le gouverneur de la région de Skhirat-Témara, des agents d’autorité et des cadres administratifs du même département, et qui a abouti à la démolition de centaines d’appartements résidentiels censés abriter au moins 150 familles vivant dans les bidonvilles, car de nouveaux noms devraient tomber.

Selon des sources, la Brigade nationale de la police judiciaire travaille à reconstituer le scandale de la construction d’un complexe résidentiel sans autorisation, au moment où un groupe de familles de victimes de la démolition du projet s’apprêtent à manifester devant le tribunal de première instance de Rabat samedi 29 octobre, étant déçues d’obtenir un appartement après des années d’attente depuis 2019.

Les services de la Division de la police judiciaire nationale mènent un audit sur le sujet, car il est prévu que l’enquête dans le dossier des violations de la construction dans la ville de Temara, touchera l’Agence du bassin hydrographique, la conservation foncière et l’Agence urbaine.

Mohamed Zahiri, ancien président de la Ligue marocaine de défense des droits de l’homme, a déclaré à Madar21 que la décision comprenait actuellement une partie du projet qui était ciblée et que les travaux de démolition se sont terminés jeudi dernier, alors que la décision est toujours ambiguë concernant la démolition de la partie restante du projet.

Alors que les données indiquent que les déséquilibres volatils connus du projet résidentiel à Témara sont impossibles à achever le règlement administratif du projet, M. Zahiri a indiqué à Madar 21, que « toute construction est soumise aux exigences du chapitre 48 de la loi n° 2019-2018 ». 12.90, ce qui signifie que l’entrepreneur a déposé une demande pour obtenir un permis de logement conformément aux exigences de la loi sur la construction et de la loi 66.12 relative aux licences, mais il n’a pas pris de décision de rejeter ce projet dans les 60 jours », ajoutant que l’article 48 confirme qu’en l’absence de réponse à sa demande, il est considéré comme renonçant à la licence.

Et d’ajouter que cette affaire autorisait le maître d’ouvrage à construire d’autres projets dans la même zone, et récemment il a obtenu une autorisation de livraison de logements, ce qui signifie qu’il a obtenu une autorisation d’établissement conformément aux exigences légales, car le législateur a trouvé des solutions pour tels cas. Lorsqu’il y a des infractions que la loi sanctionne, les personnes concernées recourent à la procédure de transaction, et on demande à l’entrepreneur de prouver que la construction respecte les spécifications et les conditions en termes de béton, d’architecture, d’esthétique et de sécurité les conditions, a-t-il fait savoir.

Al-Zahiri a déclaré que ces questions ne sont pas vérifiées par une simple inspection. Il existe plutôt des bureaux d’études et des experts spécialisés accrédités par l’État et les tribunaux. Ils effectuent ces travaux et donnent au propriétaire du projet une étude approfondie, et lorsqu’il s’est assuré que les conditions sont remplies, ce dernier obtient une autorisation de projet et exerce des fonctions pour la collectivité territoriale et les intérêts concernés.

Et le militant de s’interroger sur les raisons de cette procédure avec cet entrepreneur dans la même ville auparavant, mais dans ce projet, la décision de démolition est émise. Ce projet, dont la démolition peut se prolonger, englobera à l’avenir le relogement de 150 familles de bidonvilles, qui étaient auparavant entrées en négociations avec l’entrepreneur, en coordination avec les autorités. De plus, la démolition du bidonville a été effectuée sous la supervision de l’autorité.

Al-Zahiri a indiqué que l’entrepreneur permettait aux familles d’obtenir des sommes d’argent mensuelles pour couvrir les frais de location, et que les propriétaires des terrains vendaient les terres communes non épurées de leurs propriétaires, et des négociations étaient également faites avec eux, à condition que les appartements soient donnés gratuitement à ceux qui ont précédemment acquis le terrain, en plus de payer le montant de 80 000 DH pour les branches.

Cela signifie, selon ce dernier, qu’il y avait plus d’incitations que les autorités concernées n’en ont fourni, car il existe des projets de relogement des habitants des bidonvilles avec l’intervention d’un groupe d’autorités, et un paiement de 100 000 dirhams est demandé par les bénéficiaires, alors qu’ils sont relogés à l’extrême sud de la ville de Skhirat à la frontière avec Bouznika.

Cela signifie que l’entrepreneur propose de reloger les bénéficiaires au même endroit et à des conditions qui ne sont pas offertes par les autorités officielles, alors qu’il est en train de détruire les espoirs de 150 familles avec une décision de démolition impromptue qui ne respecte pas la dimension sociale Architecte et principalement mandataire du territoire et des collectivités territoriales et leurs mandataires subordonnés.

Share.

Leave A Reply