Maroc-France: La rencontre de Rabat inaugure un nouvel horizon.

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Pour un fructueux échange d’expertise et du savoir-faire dans les domaines de la politique de la ville, le Royaume et la France inaugure un nouvel horizon. Pour ce faire, le ministre de tutelle marocain et sa Secrétaire d’état Chargée de l’Habitat ont reçu, cette semaine, une forte délégation de chefs d’entreprises de MEDEF International. Reçue au siège du ministère de l’Aménagement du Territoire National, de l’Urbanisme de l’Habitat et de la Politique de la Ville, cette délégation présidée par Gérard WOLF, Président de la Task Force Ville Durable de MEDEF International de la République de France, a réitéré les points forts de la Coopération bilatérale entre le Maroc et les pays Européens.

Abdelahad Fassi Fehri, Ministre de tutelle, accompagné de Fatna El- K’hiel, Secrétaire d’Etat Chargée de l’Habitat, ont applaudi cette initiative qui ne fait qu’encourager le développement du Partenariat entre les deux parties. Plusieurs axes ont été débattus en l’occurrence «les possibilités de partenariat qui peuvent en émaner pour le développement en matière d’échanges d’expertise et savoir-faire dans les domaines de la politique de la ville», précise Fassi Fehri à la presse. Et d’ajouter : «les discussion se sont surtout focalisées sur trois échelles d’intervention en matière de politique de la ville. Il s’agit du Quartier, la Ville et le Renforcement du réseau urbain du Royaume».

Et le financement ? Pour le ministre, c’est l’outil de mobilisation des acteurs. Un avis partagé par Mme El-Khiel qui a également levé l’accent sur l’importance du volet financier qui ne fait que booster tous l’avancement des projets. D’où, l’importance du Fond de Solidarité Habitat et Intégration Urbaine (FSHIU). Cette source névralgique de financement du logement social alimentée par une taxe sur le ciment, le sable de construction et le fer à béton, servira, selon la politique du ministre de tutelle, à financer le programme d’action sur la ville avec un budget variant entre 20 et 25 %.


Quant à la politique urbaine durable, les enjeux et les perspectives tracés par Fassi Fehri ne manquent pas. Il déclare que «l’implémentation de la politique de la ville se fait selon une approche itérative permettant de la faire évoluer en fonction de l’évolution du cadre et du contexte institutionnel, de la capacité des acteurs et de l’évolution des besoins».
Ceci dit, le rôle des conventions relatives à la mise à niveau urbaine des quartiers axés essentiellement sur les VRD va dans ce sens. S’y ajoute, également, la vision qui met «l’accent sur la mise en convergence des acteurs publics et des politiques sectorielles en utilisant le financement à effet de levier».

Pour conclure, le ministre prévoit lancer une troisième génération basée, cette fois-ci, sur les projets innovants des villes intégrés. «Une génération qui englobe plusieurs aspects dont l’éducation, l’animation socio-éducative, la formation professionnelle, l’emploi, l’insertion sociale, le développement économique et le renouvellement urbain», dixit un observateur.

Gérard Wolf qui ne cache pas sa satisfaction à l’égard de l’expérience marocaine dans le domaine de lutte contre l’Habitat insalubre, et l’orientation du Domaine du Bâtiment vers le cadre formel, a exprimé l’intérêt particulier que porte la Task Force Ville Durable de MEDEF International à ce grand chantier national initié par SM le Roi depuis son intronisation.
Prenant part à cette initiative, le Président du holding Al Omrane a présenté aux partenaires français les exploits réalisés et les démarches entreprises pour réussir ce challenge national. Selon le constructeur marocain de référence, «ce chantier pharaonique a participé fortement au développement socioéconomique des populations cibles et en l’occurrence au secteur du BTP des années durant». Il a même contribué au développement humain qui demeure l’une des priorités du Souverain.

Share.

Leave A Reply