Los Angeles.. La journaliste marocaine Souad Mekhennet reçoit le prix Simon Wiesenthal

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La journaliste et écrivaine marocaine, Souad Mekhennet, a reçu, à Los Angeles, le prix du leadership international du centre américain Simon Wiesenthal (CSW). Le prix a été remis à la journaliste lors d’une cérémonie organisée récemment au Musée de la Tolérance de la métropole californienne, devant un parterre de personnalités de divers horizons. «Mme Mekhennet a été reconnue pour son travail prolifique et son courage en tant que journaliste et auteur», relève le centre américain en saluant notamment son «rôle central dans la résolution du cas d’un criminel de guerre nazi majeur». Native d’Allemagne d’un père marocain et d’une mère turque, Souad Mekhennet est actuellement correspondante internationale et membre de l’équipe du «Desk sécurité nationale» du Washington Post. La journaliste a déjà travaillé, entres autres, pour le New York Times et le Herald Tribune, est co-auteur, de «Eternel Nazi: de Mauthausen au Caire, la poursuite implacable du docteur SS Aribert Heim», une enquête publiée en 2014, sur Aribert Heim, le «médecin de la mort» nazi du camp de Mauthausen considéré comme l’un des criminels de guerre les plus recherchés au monde.

En cavale depuis un demi-siècle, le fugitif s’était installé au Caire, sous une fausse identité, au milieu des années 1970 jusqu’à sa mort en 1992 à l’âge de 78 ans des suites d’un cancer. «Souad Mekhennet peut servir de modèle à des millions de personnes, quelle que soit leur foi, leur croyance ou leur nationalité», a déclaré, lors de cette cérémonie, le rabbin Abraham Cooper, doyen associé et directeur de programme au sein de l’organisation juive qui se voue à perpétuer le souvenir des crimes perpétrés par les nazis.

Dans son intervention, la journaliste et écrivaine a rappelé son parcours en tant que fille d’immigrés vivant en Allemagne mais aussi les valeurs que lui ont transmis ces grands-parents au Maroc, relevant également comment feu S.M. Mohammed V avait protégé 250.000 juif du royaume des forces d’occupation françaises de Vichy et des nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Partager.

Votre commentaire