ONIGT.. Le Président rejette les allégations fausses et malveillantes proférées

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Suite à la diffusion par certains organes de presse électronique d’un communiqué de presse, portant de graves accusations et de fausses allégations contre l’Ordre National des Ingénieurs Géomètres Topographes (ONIGT) et ses différentes composantes, je tiens à apporter les précisions qui suivent à l’effet d’éclairer l’opinion publique et de lever tout équivoque de nature à induire nos partenaires en erreur.
D’abord ce media-bashing auquel nous sommes confrontés et dont les auteurs ne se lassent pas, tantôt en prônant la victimisation et en suscitant les émotions, tantôt par la diffusion de Fake News pour freiner les réformes fondamentales de la profession.
Ensuite ce media bashing ne fera que renforcer notre conviction et notre détermination à poursuivre les réformes, la refonte et le développement de notre profession et renforcer sa contribution au développement économique et social de notre pays.
Pour toutes ces raisons, je voudrais clarifier, en ma qualité de Président de l’ONIGT, ce qui suit :
1- L’Ordre National des Ingénieurs Géomètres Topographes est le seul et l’unique porte-parole officiel des Ingénieurs Géomètres-Topographes (IGT), et aucune partie, quelle qu’elle soit sa nature, n’a le droit de se faire passer pour son porte parole, car l’ONIGT est l’institution officielle, au niveau national et international, qui représentent les IGT des secteurs privé et public, depuis sa création en vertu du
dahir n° 1.94.126 du 25 février 1994 (14 Ramadan 1414).
2- Les décisions de l’ONIGT sont totalement indépendantes et prises dans un cadre institutionnel au niveau du Conseil National. Al Nile
3- La relation que l’ONIGT entretient avec ses partenaires publics et privés est caractérisée par le dialogue et le respect mutuel, en particulier les relations que nous entretenons avec l’Agence Nationale de la Conservation Foncière du Cadastre et de la Cartographie (ANCFCC) qui est l’un des partenaires importants de la profession, avec qui nous avons réalisé plusieurs projets structurants dont :
• Le lancement de la plateforme dématérialisée de gestion des dossiers techniques élaborés par les IGT du secteur privé ;
• La refonte du cahier des charges lié à l’immatriculation foncière d’ensemble dans le cadre des marchés publics liant les IGT du secteur privé à l’ANCFCC;
• La refonte et la mise à jour des normes techniques en relation avec les dossiers techniques cadastraux.
Je tiens par ailleurs à souligner que parmi les grandes réalisations de l’ONIGT, au cours des quatre dernières années, l’achèvement de l’arsenal juridique qui encadre la profession en publiant au bulletin officiel le décret portant Code des Devoirs
Professionnels, qui définit les droits et les obligations des IGT membres de l’ONIGT et protège davantage les citoyens, les opérateurs privés, les institutions publiques et semi-publiques.
Il convient également de noter que l’ONIGT a lancé en 2018 la plateforme numérique de gestion du contrat électronique de l’IGT, dans le but de protéger davantage les intérêts des citoyens et des opérateurs privés d’une part, d’autre part, c’est un moyen digital efficace pour sécuriser l’exercice de la profession et réduire les risques de fraude en créant pour chaque contrat établi par l’IGT un Code QR unique qui fait partie de son identité à apposer sur tous les plans et documents qu’il établit dans le cadre de ce contrat.
Par ailleurs, il est important de préciser que la conformité, soulevée dans le communiqué sus indiqué, entre les documents autorisés et l’état des lieux des constructions ne relève pas des compétences et des pouvoirs légaux de l’ONIGT, mais plutôt du ressort des autorités gouvernementales compétentes en la matière.
Enfin et suite aux accusations gratuites mentionnées dans ledit communiqué, ciblant la profession et ses partenaires, l’ONIGT se réserve le droit de recourir à la justice pour diffamation afin de demander réparation du préjudice moral ayant porté atteinte à l’honneur et à la réputation de notre institution.

Communiqué

Partager.

Votre commentaire