Le légendaire palace «La Mamounia» est à vendre

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le légendaire palace «La Mamounia», a été inscrit jeudi sur une liste officielle d’entreprises publiques privatisables à partir de 2019. C’est ce qu’indique le site français «Libération». Depuis 1922, La Mamounia accueille les stars du monde entier au cœur de Marrakech. Détenu majoritairement (62%) par l’Office national des chemins de fer (ONCF), le légendaire palace figure depuis jeudi sur une liste officielle d’entreprises publiques privatisables à partir de 2019, confirmant ainsi la rumeur qui courait depuis un certain temps, indique le site français. Et d’ajouter que cette opération, destinée à renflouer les caisses du Royaume, l’opération, devrait rapporter au Maroc 10 milliards de dirhams. Toutefois, le texte doit toutefois encore être approuvé au Parlement.

La Mamounia a accueilli depuis son ouverture nombre de célébrités : Winston Churchill (qui s’y adonnait à la peinture), Ronald Reagan, Jacques Chirac, Orson Welles, Nelson Mandela, Hillary Clinton, Elton John… Le célèbre palace, qui compte quelque 200 chambres et suites, a également servi au tournage de films, comme «L’homme qui en savait trop» d’Alfred Hitchcock. La Mamounia avait fermé en 2006 pour d’importants travaux de rénovation et son mobilier, de style Art déco, hispano-mauresque ou classique français, a été vendu aux enchères. Le luxueux hôtel a rouvert ses portes trois ans plus tard.

Comme La Mamounia, la centrale thermique de Tahaddart figure sur la liste des entreprises privatisables. D’une puissance électrique de 384 MW, cette centrale située près de Tanger (nord) est gérée par une société détenue à hauteur de 48% par le groupe public ONEE, 32% par l’espagnol Endesa Generación et 20% par l’allemand Siemens Project Ventures, fait savoir le site français. Et de conclure que depuis le lancement du premier programme de privatisations en 1993, 77 sociétés ont été cédées totalement ou partiellement au secteur privé pour un montant total de plus de 103 milliards de dirhams.

Partager.

Votre commentaire