Immobilier : la FNPI prévoit un ralentissement de l’activité de plus de 50%

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La FNPI a déploré, dans un communiqué publié samedi 23 avril, la flambée des prix des matériaux de construction. Cette situation jugée «inédite» par la FNPI, met en jeu, selon elle, l’intérêt des acquéreurs, la préservation des centaines de milliers d’emplois et l’équilibre de tout le secteur.

La FNPI estime que la conjoncture actuelle devrait provoquer une baisse d’activité du secteur de plus de 50% après les fêtes du Ramadan. Ceci a contraint la FNPI à entreprendre une série de mesures.

Sur le plan judiciaire et institutionnel, une réunion d’urgence devra être tenue avec le ministère de tutelle, une plainte documentée sera également portée au Conseil de la concurrence ainsi qu’une demande d’enquête qui sera introduite auprès du Conseil économique, social et environnemental et auprès du Haut Commissariat au plan (HCP).

En vue d’obtenir une «dimension administrative et d’aide à l’acquéreur», le communiqué de la FNPI incarne une demande de prolongation des conventions du logement social de 2 années, compte tenu de la difficulté d’approvisionnement et de la montée des prix, dixit le communiqué.

La fédération a demandé également l’arrêt de l’application de la taxe sur les terrains non bâtis et la prorogation d’un an du délai des autorisations de construire compte tenu du manque de visibilité des opérateurs sur le secteur.

La FNPI réclame, de surcroît, la réduction de 50% des frais d’enregistrement et de conservation foncière au profit des clients et acquéreurs dont le pouvoir d’achat a été considérablement impacté ces dernières années, lit-on dans le communiqué.

In fine, afin de lutter contre les ententes et les spéculateurs, la FNPI affirme avoir engagé un processus de création d’une centrale d’achat qui permettra de mutualiser les approvisionnements des opérateurs du secteur de la construction immobilière à des conditions d’achat et de règlement totalement optimisés et transparents, tant auprès des fournisseurs marocains que des importations directes de l’étranger.

Share.

Leave A Reply