Révélations décortiquées Sur les causes de l’effondrement de Kénitra 2008. Troublant.

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Un bilan très lourd : 27 personnes ont rendu l’âme dans l’effondrement d’un centre commercial en construction du projet Al Manal, s’étendant sur 4 hectares, au quartier Oulad Oujih à Kenitra. Les personnes grièvement blessées ont été transportées d’urgence vers le CHU de Rabat.

Les équipes de secours ont été dépêchées sur les lieux, entre autres, les éléments de la protection civile basée à Salé, des unités du génie militaire de Kenitra. Tous ces corps constitués ont été mobilisés pour venir à bout d’un amas de béton, qui a englouti plus d’une quarantaine d’ouvriers, qui étaient en train de déjeuner au sous-sol de l’immeuble. Selon des témoins sur place, seuls les ouvriers qui sont partis déjeuner à l’extérieur ont la vie sauve. Les sauveteurs entendaient des voix crier au-dessous des amas de béton. Certains ont été déchiquetés. Le constat est douloureux.

Selon les habitants des constructions limitrophes, le projet en construction est édifié sur un exutoire des eaux de ruisseaux. Dès que la pluie tombe, la cuvette est submergée par les eaux, comme cela fût le cas lors des dernières pluies. Merja.

Une commission technique mixte a entamé le matin du vendredi  18 janvier 2008 une enquête sur les lieux du site de l’immeuble qui s’est effondré à Oulad Oujih. L’enquête concerne les aspects techniques, administratifs et procéduraux, pour déterminer les circonstances de l’accident.

Une série d’expertises techniques fut diligentée par les autorités judiciaires. Nous en retenons la plus pertinente.

Du point de vue géologique, dans la zone d’étude, on affecte habituellement :

       Au villafranchien et quaternaire ancien, d’importants épandages de galets et cailloutis bien représentés au nord et à l’est de la plaine. Les formations rouges de la Maamoura constituées de sable fin argileux et de cailloutis bien développés au Sud, se rattachent également à cette période.

       A l’amérien, des sédiments argileux et limoneux à poupées calcaires

       Au tensiftien, un nouvel épisode à cailloutis dans les sables plus ou moins argileux

       Au soltanien, les faciès limoneux rouges et jaunes comportant quelques niveaux de cailloutis à la base

       Au Rharbien actuel, des dépôts qui recouvrent l’ensemble de la basse plaine et qui sont soit des limons plus ou moins sableux (dehss) soit des sols noirs argileux (tirs) ;

Les coupes lithologiques suivantes donnent une idée sur les formations rencontrées :

 

Zone de subsidence jusqu’au Quaternaire récent entre le Domaine rifain au NE et le socle primaire de la Meseta au S, le Rharb, dont fait partie la zone d’étude, a été comblé depuis la fin du Miocène par des sédiments fluviomarins argilo-sableux dont l’épaisseur totale dépasse parfois 250 m.

La région de Bir rami, site du projet Am Manal, fait partie des formations de daya et de merja. Sous cette dénomination se groupent différents sols qui ont évolué dans des conditions hydro-morphes. Les daya et les dépressions de la zone sableuse de la bordure de la Maamoura sont couverts de sols assez divers qui n’ont pas été différenciés dans la cartographie. La plupart d’entre eux sont des sols voisins à tâches et concrétions tirsifiées.

Les sables rouges constituent la zone de rechargement des deux nappes superposées, la première soltaniene au niveau de l’argilite jaunâtre qui constitue le niveau de mise en charge de la nappe profonde pliocène du grès plioquaternaire. Le substratum étanche est constitué par les marnes Miocènes.

Pendant la période hivernale, en cas de pluies importantes, celles-ci provoquent l’engorgement et la drainance verticale de la nappe profonde vers la nappe phréatique et contribuent à la stagnation des eaux et à la formation de dayas et merjas.

Ces stagnations sont responsables des phénomènes de dispersion et de dégradation structurelle des sols en profondeur : floculation, dispersion, liquéfaction, boulance, renard et affaissements.

Télécharger le document:

                                                                                                 projet Al Manal.PDF

Ing. Smail SERBOUT
Ancien Elève Multi-Diplômé
EHTP-ENPC-CHEC-UPMC Paris
Praticien Ex. Enseignant Chercheur
Expert de Justice& Arbitre
Expert Associé CESS
Spécialiste Ingénierie Urgentiste& Management des Risques

Partager.

Votre commentaire

Nos Partenaires