FRANCE.. Les organisations professionnelles du BTP demandent un arrêt «temporaire» des chantiers

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les organisations professionnelles du BTP (FFB, Capeb et FNTP) ont demandé, dans un communiqué de presse diffusé mardi en soirée, un arrêt «temporaire» des chantiers. Les trois signataires rappellent en premier lieu que les conditions d’intervention en sécurité ne sont pas toujours assurées pour les salariés. Ils remarquent notamment l’absence de masques de protection.

Et le communiqué de relever : «Face à des donneurs d’ordre qui, de manière éparpillée, arrêtent certains chantiers, face à des difficultés majeures d’approvisionnement, face à certaines interventions des forces de l’ordre pour interrompre des chantiers, le BTP est confronté à une désorganisation, à des risques sanitaires et à une incompréhension mêlée d’inquiétude légitime à la fois des chefs d’entreprise et des salariés.»

Les acteurs estiment qu’il est de leur devoir de «limiter au maximum les risques de propagation du coronavirus et de trouver avec le gouvernement des solutions pour protéger la santé des salariés et assurer la poursuite de l’activité dans de bonnes conditions». Des réunions ont eu lieu tout au long de l’après-midi, ce mardi, avec les pouvoirs publics, mais aucune position commune n’a été trouvée.

Si les fédérations avaient préféré maintenir un minimum d’activité durant cette période, force est de constater que la bonne tenue des chantiers devient de plus en plus difficile à gérer. Entre les fournisseurs qui ferment les uns après les autres, les salariés inquiets, parfois même des insultes de riverains et des forces de l’ordre qui arrêtent les camionnettes des travailleurs, la difficulté pour parfois faire respecter strictement les recommandations sanitaires, certaines entreprises évoquent même une situation devenue «intenable».

Partager.

Votre commentaire


Nos Partenaires