Silos à céréales : « Bombes à retardement » (3ème partie)

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Recommandations pour la prévention des sinistres lors de la construction et de l’exploitation de silos à céréales.

Des efforts considérables ont été accomplis, ces derniers temps, visant à réduire les risques liés au stockage des céréales dans les silos. Comme ces installations diffèrent sensiblement les unes par rapport aux autres, les mesures de sécurité proposées doivent être adaptées à chaque cas. Toutefois, nous énumérons ci-après quelques lignes directrices à suivre, en matière de prévention des sinistres, pendant la phase d’étude ainsi que durant celle d’exploitation.

3.1 – Préventions au cours de la phase d’étude du silo

Les études réalisées en phase de conception est d’une importance capitale. Ces dernières doivent prendre en compte non seulement la solidité et stabilité de l’ouvrage, mais doit prendre en compte bel et bien les risques liés à l’exploitation du silo, de son entretien, ainsi que de ceux liés à son environnement. Nous préconisons ci dessous quelques idées pouvant aider les concepteurs à minimiser les risques liés aux silos.

  • La protection contre l’incendie dans les silos à céréales dépend avant tout de la construction ignifuge des bâtiments. On choisira donc des matériaux non combustibles.
  • Les systèmes de fermeture des locaux doivent être conçus de manière à résister au feu pendant une durée de deux à trois heures au minimum.
  • Il faut placer les collecteurs de poussière en dehors des bâtiments. On veillera, par ailleurs, à ce que la surface des éléments de construction employés à l’intérieur des bâtiments soit la plus lisse possible et ne forme que des plans verticaux ou obliques, et ce afin d’éviter que la poussière ne s’y dépose.
  • Les collecteurs de poussière sont à réaliser en matériaux non combustibles. Les éléments de l’installation qui sont générateurs de poussière seront munis d’un recouvrement étanche.
  • On prévoira un système d’alarme et un disjoncteur pour le cas où il y aurait ralentissement, arrêt ou rupture des bandes transporteuses. Des dispositifs de contrôle de la température sont à prévoir dans tous les grands entrepôts.
  • Des extincteurs seront disponibles en nombre suffisant. Des sprinklers seront incorporés à la plate-forme supérieure des installations de transport et dans les bâtiments, si ceux-ci sont construits en matériaux combustibles ou renferment des produits inflammables. Les systèmes d’alarme incendie automatiques assureront la sécurité pendant les arrêts de fonctionnement des silos.
  • Les hausses anormales de température doivent être immédiatement signalées, et les corps métalliques étrangers mêlés aux livraisons de céréales sont à éliminer au moyen de séparateurs. Vu la hauteur des silos, des parafoudres de sont indispensables.
  • Les installations de chauffage de l’eau et de la vapeur sont à concevoir de telle sorte que les poussières qui s’y déposent ne puissent s’enflammer, et les conduites sont à isoler en conséquence.
  • S’il y a risque d’apparition de poussières explosibles, des détendeurs seront placés à l’intérieur des locaux ou des machines (collecteurs de poussière, trémies, distributeurs, etc.). Ces dispositifs seront répartis régulièrement au-dessus de la zone à protéger afin d’empêcher que des pressions non uniformes ne s’installent.
  • Les équipements électriques doivent être exécutés conformément aux prescriptions applicables aux installations génératrices de poussière.
  • La formation de charges électrostatiques sera évitée grâce à des mesures appropriées.

3.2 – Préventions en cours d’exploitation du silo

Les mesures de prévention et de protection à appliquer pendant l’exploitation des silos à céréales doit être murement réfléchie, rigoureusement appliquée et fermement et régulièrement contrôlée. Nous proposons ci dessous quelques moyens de prévention et de protection des risques liés à l’exploitation des silos.

  • Pendant le fonctionnement, la propreté et l’ordre seront stricts: enlever régulièrement les poussières déposées.
  • Les opérations de soudage, d’oxycoupage et tous autres travaux par points chauds feront l’objet d’une surveillance attentive et n’auront pas lieu en dehors des périodes d’arrêt des installations de transport. Il va de soi que les poussières qui se trouvent dans la zone proche des lieux d’exécution des travaux doivent être éliminées avant que ces opérations ne commencent. Si besoin est, il faut recouvrir ou humecter les endroits proches des lieux d’exécution des travaux par points chauds et procéder à un contrôle minutieux dès achèvement des travaux. Une équipe de garde doit se tenir prête à intervenir au cas où un incendie se déclarerait et disposer des matériels indispensables pour le combattre.
  • Il doit être interdit de fumer dans les zones dangereuses à cause du risque que constitue la présence de poussières.
  • Un groupe d’intervention, spécialement formé et équipé pour combattre tout début d’incendie dans les plus  brefs délais, doit se trouver sur les lieux mêmes de l’entreprise.

Mohamed Jamal BENNOUNA Ingénieur

Expert et Docteur en Droit

Professeur associé au CNAM – Paris Email :

[email protected]

 

Partager.

Votre commentaire