Professionnels des médias et entrepreneurs à l’intérieur et à l’extérieur du Maroc au centre d’initiatives citoyennes basées sur le principe«gagnant – gagnant»

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Des journalistes et entrepreneurs marocains  se sont réunis au Maroc et dans d’autres pays pour lancer des initiatives citoyennes parrainées par le Réseau Maroco-Américain (The Moroccan American Network) afin de promouvoir les initiatives personnels et faire face aux problèmes du pays d’une manière différente grâce au réseau de relations et à une médiatisation sérieuse.

Ces compétences, femmes et hommes, « enfants du peuple », sont conscient que le professionnel des médias et l’entrepreneur peuvent impacter de manière intelligente et avec des capacités personnelles très limitées dont le principal moteur serait l’amour pour la patrie ;  passant des « enfants du peuple » vers les « enfants du peuple », dont le but est de créer des opportunités et encourager l’entreprenariat féminin, masculin, jeune et petites entreprises et créer ce pont entre les Marocains ici et d’ailleurs.

Depuis sa création, le Réseau Maroco-Américain, regroupe des journalistes et des entrepreneurs valeureux issus de ce pays, parmi lesquels Mohammad Al-Hajjam, un Marocain résidant aux Etats Unis d’Amérique mais toujours présent, cœur et âme dans toutes les problématiques de son pays d’origine, notamment en ce qui concerne les médias et le secteur des affaires. Ce dernier tente de commémorer les douze régions du Maroc dans l’histoire américaine à travers la « Journée du Maroc » (Moroccoday).  Ce qui constitue chaque année une opportunité de rapprocher les relations Maroco-Américaines et de jeter la lumière sur l’ensemble des villes de ces régions marocaines en transmettant leurs vécus à tous les niveaux au pays de l’Oncle Sam et en essayant de créer des partenariats entre ces régions avec leurs compagnies, entrepreneurs, femmes et hommes et leurs homologues américains dans une optique « gagnant-gagnant ».

Le réseau considère également qu’en raison des expériences accumulées au fil des ans, et grâce à ses cadres (professionnels des médias et entrepreneurs), peut servir les enjeux du Maroc loin de la logique classique et traditionnelle et interagir même avec les évolutions de nos jours à l’international, que ce soit géo-stratégiquement ou économiquement, mais aussi à d’autres niveaux. C’est une invitation à toutes les acteurs dans le pays ou ailleurs pour s’assembler autour de cette initiative qui d’abord et avant tout se vaut sincère ; et la soutenir à tous les niveaux, car nous sommes aujourd’hui dans une époque d’action, pas dans une époque de slogans qui a pris fin avec la fin de la guerre froide.

Il est à noter que le Réseau Maroco-Américain commence ses riches activités et agenda cette année avec la première conférence virtuelle les 17, 18 et 19 janvier 2021, à partir de Washington, DC, à travers la sixième édition de «Morocco Day» sous le slogan «Tourisme et Artisanat,  un levier pour le repositionnement du Maroc dans un monde post-Corona ».

Cette session sera, selon Mohamed Al-Hujam, président fondateur du réseau, une occasion de célébrer Martin Luther King, l’icône de la lutte pour la libération aux Etats Unis d’Amérique, ainsi que l’explorateur marocain, Mustafa Zemmouri, considéré comme le premier Africain à poser le pied sur les terres de l’Amérique.

Au programme de cette édition, l’organisation de séminaires virtuels en direct et hybride, encadrés par un groupe de professeurs, d’universitaires, de professionnels, d’innovateurs et quelques entrepreneurs Maroco-Américains, hommes et femmes.

Il est prévu que ces interventions se focaliseront  sur la possibilité de partenariat entre des entrepreneurs des villes de Laayoune et Dakhla d’une part et leurs homologues de la région de Washington-Virginia, et soulever les capacités de ces villes en termes de ressources et d’incitations.

« Morocco Day », cette année est aussi l’occasion de célébrer deux événements importants dans l’histoire de la relation distinguée entre le Maroc et les Etats Unis d’Amérique:

Le premier: commémorer le 200e anniversaire de l’amitié entre le Maroc et les États-Unis, à travers la célébration du deuxième centenaire de la création de la légation américaine à Tanger, qui est le plus ancien bâtiment diplomatique américain au monde.

Deuxièmement: Célébrer le 15e anniversaire de l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange entre le Maroc et les États-Unis d’Amérique, car cet accord a contribué à doubler la valeur des échanges bilatéraux entre les deux pays. A noter que le Maroc est le seul pays africain lié par un accord de libre-échange aux États-Unis d’Amérique, et que dans le cadre duquel, le Royaume accueillit plus de 150 entreprises américaines, et ce nombre pourrait doubler dans les prochaines années.

« Morocco Day » sera ouverte le 17 janvier par une conférence virtuelle en direct, pour discuter des relations et des changements économiques à la lumière des développements actuels après la dernière décision du président Trump et de ses effets sur les investissements et le partenariat entre les deux pays. Et aussi mettre l’accent sur le tourisme et l’artisanat marocains, et les perspectives prometteuses offertes par ces deux secteurs vitaux au Maroc et comment peuvent-ils être un levier pour l’économie, avec la participation d’experts du Maroc et d’Amérique, ainsi que des promoteurs touristiques et entrepreneurs dans le domaine de l’Artisanat, avec une introduction aux capacités disponibles pour relever le défi de la pandémie du Corona Virus et les moyens de surmonter ses conséquences négatives.

La deuxième journée, le 18 janvier, se caractérise par un focus sur les affaires et l’investissement dans les domaines du tourisme et de l’investissement entrepreneurial et les domaines liés… et en passant en revue les expériences de nombreux spécialistes, chercheurs et entrepreneurs, de ces villes et de Washington, afin d’échanger les expériences et les expertises et apprendre davantage sur les success-stories des maroco-américains aux États-Unis et les moyens de développer de nouveaux partenariats ou de promouvoir d’anciens partenariats entre des entrepreneurs de Laayoune et Dakhla d’une part et leurs homologues de la grande région de Washington d’autre part.

Le troisième jour de cet événement: le 19 janvier, sera marqué par la participation d’un groupe d’experts afro-américains, et sera consacré à célébrer Martin Luther King et les messages d’espoir qu’il a envoyés, et le symbolique dans les circonstances actuelles, ainsi que l’évocation de l’explorateur marocain, Mustafa Zemouri, comme le premier afro-marocain à poser le pied sur les terres d’Amérique, commémorépar une statue aux cotés des grands explorateurs d’Amérique. Essaouira sera la conclusion par son symbolique d’ancestralité africaine, de richesse culturelle et de tolérance religieuse du Maroc, ainsi que de l’emplacement stratégique et du potentiel d’investissement qu’elle offre.

En fin, les participants discuteront d’un programme de suivi, d’évaluation et d’échange de délégations en vue du sommet prévu en mars prochain.

Communiqué

Partager.

Votre commentaire