Le Maroc vise un investissement de 38 milliards de dollars dans son réseau ferroviaire

Pinterest LinkedIn Tumblr +
Grâce à l’expansion, la majorité de la population marocaine, environ 87%, aura accès au transport ferroviaire.

Le ministre des Transports et de la Logistique, Mohamed Abdeljalil, a confirmé au Parlement que le calendrier du programme ferroviaire marocain piloté par l’Office national des chemins de fer (ONCF) est lié à la disponibilité des fonds nécessaires, qui seront estimés à 400 000 millions de dirhams ( MMDH). Le ministre des Transports a été interrogé sur les efforts du projet pour trouver des « solutions financières innovantes » pour mobiliser le vaste réseau qui transportera les TGV à grande vitesse.
L’Agence nationale des chemins de fer marocains (ONCF), qui dirige le projet, a déclaré qu’elle avait besoin d’un investissement d’un partenariat public-privé pour mener à bien le projet. La nouvelle voie ferrée comprend plus de 3 800 kilomètres de voies à moyenne vitesse et plus de 1 300 kilomètres de voies à grande vitesse ; il circulera entre Tanger et Agadir et d’Oujda à Rabat. Le ministre Abdeljalil a confirmé que le nouveau réseau vise à étendre la connexion actuelle de 23 villes marocaines à 43. Avec l’expansion, 87% des Marocains auront accès au transport ferroviaire, soit une augmentation de 36%.
Actuellement, seuls 51% des Marocains ont accès au réseau ferroviaire, ce qui signifie que le projet pourrait avoir un impact significatif sur le système de transport du pays. La société nationale des chemins de fer ONCF a signé en novembre 2022 un accord de prêt avec la Banque européenne d’investissement pour contribuer au financement d’autres projets, comme la modernisation du réseau ferroviaire du pays, comprenant les infrastructures, les équipements et la traction électrique.
Abdeljalil, en réponse à une question orale sur « la construction d’un train à grande vitesse (TGV) qui reliera Oujda à Casablanca et Nador à Tanger » , a déclaré que la mise en œuvre du plan a eu lieu dans les chemins de fer nationaux dans le cadre du développement à long terme du réseau ; « En plus de l’implication des collectivités locales et régionales, des solutions de financement innovantes basées sur le partenariat public-privé doivent être trouvées », a-t-il ajouté.
L’effort du Maroc pour devenir une puissance mondiale est bien connu. Il aura fallu à peine quatre ans pour que son réseau ferroviaire ait un tel potentiel. Le 26 novembre 2018, la première ligne ferroviaire à grande vitesse reliant Casablanca et Tanger a été inaugurée. Il mesure 323 km de long et a été nommé Al-Boraq en référence à la créature mythologique en forme de cheval qui transportait les prophètes islamiques. La ligne à grande vitesse, la première du genre dans toute l’Afrique, a été inaugurée le 15 novembre 2018 par le roi Mohamed VI, après plus d’une décennie de planification et de construction. Au début du service en 2018, le temps de trajet entre Casablanca et Tanger a été réduit de 4 heures et 45 minutes à 2 heures et 10 minutes.
Le réseau ferroviaire principal au Maroc est composé de deux lignes, une ligne Nord-Sud qui va de Tanger à Marrakech via Rabat et Casablanca, et une autre ligne Est-Ouest qui relie Ushda à Rabat via Fès. Ces lignes s’interconnectent à Sidi Kacem. Les principales destinations actuellement non reliées par le rail sont généralement desservies par Supratours, une compagnie de bus exploitée par l’ONCF. Le même organisme qui vise à apporter une prise en charge globale aux usagers avec ces quatre nouveaux services. Étant donné que la personne commence à chercher et à organiser un voyage, même après être descendue du train et arrivée à destination, le nouveau service informera les consommateurs de tous les détails.

Share.

Leave A Reply