Covid-19.. Le Maroc déterminé à faire face aux changements climatiques et aux impacts de la pandémie

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Maroc est déterminé à faire face aux changements climatiques et aux impacts du Covid-19, en repensant l’ensemble du modèle de développement et en redéfinissant les plans et programmes sectoriels, notamment en matière d’énergie propre, y compris l’hydrogène vert, d’industrie, de santé, d’éducation, d’agriculture et de développement des territoires, a souligné le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rabbah.

Lors de sa participation, jeudi, à la réunion internationale ministérielle virtuelle pour la «Relance durable et résiliente dans le contexte du Covid-19», co-organisée par le gouvernement japonais et le secrétariat exécutif de la convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique, M. Rabbah a réaffirmé que le Maroc est engagé, dans le cadre de la consolidation de l’esprit de solidarité régionale et internationale, à apporter un soutien aux initiatives internationales, régionales et africaines pour le développement durable, la conservation et la valorisation de la biodiversité, l’accès à l’énergie, le développement social et l’agriculture durable.

Cité par un communiqué du ministère, M. Rabbah a indiqué que «le processus du plan de relance doit être entrepris à 3 niveaux : régional, national et international, tout en veillant à leur interconnexion en se basant sur un nouveau système de coopération et de partenariat international».

Il a, en outre, mis en avant la nécessité de maintenir le dynamisme actuel pour soutenir la gestion de l’impact immédiat de la double crise climatique et sanitaire, et qui aidera à construire un système résilient à même de permettre de lutter contre les chocs futurs.

Cette réunion a connu la participation de MM. António Guterres, secrétaire général des Nations Unies et Abe Shinzo, premier ministre du Japon et de Mme Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique, ainsi que d’une trentaine de ministres et représentants d’acteurs non étatiques internationaux.

L’objectif était de lancer une plate-forme en ligne pour une relance durable et résiliente du Covid-19, qui se veut un hub rassemblant les bonnes pratiques en termes de politiques et actions climatiques et environnementales à la suite du Covid-19.

A l’issue de la réunion ministérielle, l’ensemble des pays participants ont soutenu l’initiative japonaise et ont mis l’accent sur l’impératif d’inscrire l’urgence climatique, l’harmonie dans la relation de l’homme avec la nature, l’investissement dans les infrastructures vertes, la décentralisation et la décarbonisation des économies, dans les futurs plans de relance.

A. Q

Partager.

Votre commentaire