Changement climatique.. La Banque Mondiale adopte un nouveau Plan d’action

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Groupe de la Banque mondiale s’engage à relever le niveau de ses ambitions, en adoptant un nouveau Plan d’action sur le changement climatique. Le 1er avril 2021, le Groupe présenté les grandes lignes de ce plan d’action à ses Administrateurs. Son président David Malpass a publié une déclaration à ce sujet le jour suivant. Cette initiative a déjà suscité un grand nombre de commentaires de la part des gouvernements, de la société civile et des experts du climat, apprend-on dans un article paru sur le site du groupe.

«Notre premier Plan d’action sur le changement climatique, qui couvrait la période 2016-2020, a donné lieu à la mobilisation de 83 milliards de dollars de financements en faveur des pays en développement. Il a permis, entre autres activités, d’accroître massivement le déploiement des énergies renouvelables, de réduire les risques de catastrophe pour les communautés vulnérables, de mettre en place des systèmes d’alerte précoce pour des millions d’habitants et de restaurer des paysages dégradés», indiquent les auteurs de cet article intitulé «Une invitation à commenter notre nouveau Plan d’action sur le changement climatique».

«Avec notre nouveau plan (2021-2025), il s’agit de mettre la barre plus haut. Nous allons continuer d’augmenter nos financements pour l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre (GES) et l’adaptation au changement climatique, faire en sorte que toutes nos opérations soient alignées sur l’accord de Paris et accompagner les pays dans leurs efforts de transition juste vers la sortie du charbon», ajoutent-ils.

Selon ces auteurs, le nouveau Plan d’action sur le changement climatique vise à intégrer pleinement les enjeux climatiques dans toutes nos activités de développement.  Il s’attache à amplifier le soutien aux pays et aux acteurs du secteur privé pour qu’ils prennent des mesures plus ambitieuses en matière de climat, mettre davantage l’accent sur l’adaptation et la résilience, et soutenir en priorité la transformation des cinq systèmes les plus émetteurs de GES : l’énergie, les transports, les villes, l’agriculture et l’alimentation, et le secteur industriel.

BTPnews avec B M

Partager.

Votre commentaire