Le Royaume gagne 17 places dans le classement de l’Indice de perception de la corruption

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le chef du gouvernement, Saâd Eddine El Othmani, a indiqué mercredi à Rabat que les mesures prises par le gouvernement en matière de renforcement de la transparence ont permis au Royaume de gagner 17 places dans le classement de l’Indice de perception de la corruption en deux ans.

S’exprimant lors d’une rencontre de communication, organisée par le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la politique de la ville, sur l’étude relative à la cartographie des risques de corruption dans les secteurs de l’urbanisme et de l’immobilier, El Othmani a noté que l’image du Maroc s’est relativement améliorée au niveau international, comme l’atteste l’indice de perception de la corruption, publié par Transparency international. Le Royaume a en effet amélioré son score de 6 points dans ce classement en l’espace de deux ans, a-t-il rappelé, précisant qu’il se positionne au 73e rang en 2018 parmi les 180 pays analysés, alors qu’il occupait la 90e place en 2016.

Le Maroc figure actuellement dans le peloton de tête des pays africains et arabes en la matière, lui permettant d’être parmi les pays ayant le plus progressé dans ce classement, a-t-il souligné, précisant que la moyenne générale de l’IPC 2018 est estimée à 34 points/100 à l’échelle arabe et à 39/100 dans la région MENA.

Dans ce contexte, le chef du gouvernement a appelé à faire davantage sur le front de la lutte contre la corruption à tous les niveaux, par le biais de la mobilisation collective de tous les acteurs, afin de réussir le chantier du renforcement des valeurs de probité, de réforme de l’administration et d’instaurer la bonne gouvernance à l’avenir.

Il a également mis l’accent sur la nécessité d’accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale de lutte contre la corruption qui permettra notamment de dresser une carte des risques au niveau de tous les départements gouvernementaux, en vue de surmonter les contraintes relatives à la mise en œuvre de cette stratégie. A cet effet, il a estimé que la corruption «est un phénomène qui n’épargne aucun pays du monde d’autant plus qu’il pèse lourdement, voire sape les efforts de développement».

Face à la dilapidation de la richesse suite à la corruption, le Chef de gouvernement a cité des études selon lesquelles la corruption entraîne la perte de 2 à 5 points de PIB, l’urbanisme et l’habitat sont les secteurs qui en pâtissent le plus, faisant observer que le programme gouvernemental a placé la consolidation des principes de probité et de transparence au rang des priorités de l’action gouvernementale.

Partager.

Votre commentaire