FADES.. Deux prêts d’un montant de 2,27 milliards de dirhams accordés au Maroc

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le gouvernement marocain et le Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES) ont signé, mercredi à Rabat, deux accords de financement d’une valeur de 2,27 milliards de dirhams (MMDH). Les deux accords ont été paraphés par le ministre de l’Economie et des Finances, Mohamed Benchaaboun, et le directeur général et président du conseil d’administration du FADES, Abdullatif Yusuf Al-Hamad, en présence du ministre de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara.

Aux termes de ces accords, le Fonds accorde deux prêts d’un montant global de 72 millions de dinars koweïtiens (soit l’équivalent de 2,27 MMDH). Ces prêts visent à contribuer au financement du projet de surélévation du barrage Mohammed V dans la région de l’Oriental et du projet de réalisation de la voie express de contournement de la ville de Laâyoune.

A cette occasion, Benchaaboun s’est félicité du soutien continu du FADES en faveur des projets de développement lancés au Maroc, notant que le Fonds occupe une place de choix parmi les partenaires du Royaume.

Le ministre a rappelé dans ce sens que le partenariat entre le Maroc et le FADES dure depuis plus de quatre décennies, ajoutant que la première opération de financement du Fonds en faveur du Maroc date de 1975. Et depuis, quelque 72 accords de prêt ont été signés pour un montant de 4,4 milliards de dollars, outre 27 dons de plus de 19,4 millions de dollars.

«Les deux projets objets de ces deux conventions s’inscrivent parmi les priorités du gouvernement marocain du fait qu’ils sont placés au cœur de la politique de développement de notre pays dans ses deux volets relatifs à la gestion rationnelle des ressources en eau d’un côté, et au développement des provinces du Sud du Royaume d’un autre côté», a expliqué le ministre.

De son côté, M. Amara a indiqué dans une déclaration à la presse qu’il s’agit de «deux grands projets qui s’intègrent dans la politique publique marocaine relative à l’eau et au transport».

«Pour le premier projet, il s’agit d’un barrage qui date de 1967 et qui souffre d’un problème d’embasement. Il s’agit donc de le surélever pour qu’il puisse supporter une capacité d’un milliard de m2», a-t-il poursuivi.

Pour sa part, le DG du FADES a souligné que les deux accords de prêts concernent un premier projet visant à renforcer la capacité de stockage du barrage Mohammed V tandis que le deuxième porte sur la réalisation de la voie express de Laayoune, un projet, qui selon lui, revêt une importance particulière par rapport à l’autoroute maghrébine, financée en grande partie par le FADES. Il a en outre relevé que le Fonds aspire à contribuer à l’avenir au financement de davantage de projets de développement au Maroc, se félicitant des relations excellentes liant le Fonds au Royaume et qui reflètent, selon lui, l’efficacité dans la réalisation des projets financés par le Fonds.

Pour rappel, le projet de surélévation du barrage Mohammed V contribuera à l’amélioration de la régulation des eaux de l’Oued Moulouya et compensera la faible capacité de stockage du barrage en raison de l’accumulation des sédiments au fond de sa retenue, ce qui permettra d’assurer l’alimentation en eau potable et le développement de l’agriculture dans la Région.

Pour ce qui est du projet de réalisation de la voie express de la ville de Laayoune, il constitue un maillon de l’axe routier Tiznit-Laâyoune–Dakhla qui est en cours de réalisation dans le cadre de la mise en œuvre du modèle de développement des provinces du Sud du Royaume. Cet axe qui est la principale liaison routière entre le Nord et le Sud du Royaume permettra de renforcer les liens entre le Maroc et les pays de l’Afrique subsaharienne.

Partager.

Votre commentaire

Nos Partenaires