Ministère de l’Habitat… La création d’un institut des œuvres sociales suscite peur et incertitude au sein des organes syndicaux

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Une atmosphère de peur et d’incertitude règne au sein des organes syndicaux du secteur de l’urbanisme et des associations des œuvres sociales des employés des agences urbaines au Maroc. Et pour cause, un projet de loi controversé sur la création et l’organisation de l’institut des œuvres sociales du ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Politique de la ville.

Ladite Loi a suscité de nombreuses questions sur l’objectif de la Harakiste Mme Nezha Bouchareb d’insister sur la création de cette institution, et ce, sans consultation avec les différents organismes urbains ou leurs associations.

Les questions soulevées par les cadres syndicaux et administratifs au sein du ministère font état de la crainte de répéter le scénario de Mme Boucharb au sein de la nouvelle institution, comme elle l’a déjà fait dans de nombreux postes confiés à ses proches et partisans comme le programme des palais et des casbahs ainsi que la direction de communication du ministère.

Même les responsables des associations des œuvres sociales des agences urbaines savent ce qui se passe dans les coulisses et se sont opposés à cette loi. Ils estiment que les associations des œuvres sociales perdraient leur statut au sein des organismes urbains et seraient même dissolues une fois que cette loi aurait été publiée dans Bulletin officiel.

Dans une lettre adressée au Chef du gouvernement, au ministre l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville et aux chefs de groupes parlementaires à la Chambre des Représentants, les chefs desdites associations ont exprimé leur protestation contre cette loi, soulignant que l’organe qui a soumis le projet n’a prêté aucune attention aux cadres de ces associations, qui ont accumulé des connaissances importantes dans les affaires sociales des agences urbaines.

De son côté, le Syndicat national du Groupe Al Omrane a affiché sa surprise du flou qui marque le processus de la création et de l’organisation de cet institut.

A. Q

Partager.

Votre commentaire