Economie bleue.. Les recommandations du CESE pour le Maroc

Pinterest LinkedIn Tumblr +

 Dans un rapport présenté mercredi à Rabat, le Conseil économique, social et environnemental (CESE), présidé par Ahmed Reda Chami, a recommandé l’adoption d’une stratégie nationale de l’économie bleue (SNEB) durable, inclusive et adaptée aux vocations régionales.

Intitulé «L’économie bleue : pilier d’un nouveau modèle de développement du Maroc», le rapport préconise aussi le déploiement de cette stratégie autour des secteurs économiques traditionnels (la pêche, le tourisme et les activités portuaires), tout en développant de nouveaux secteurs porteurs de forts potentiels de croissance (aquaculture, écotourisme, bioproduits marins ou biotechnologies, construction navale, etc.).

Pour ce qui est des projets relatifs à la mise en œuvre de ladite stratégie, ils devraient être à la fois élaborés en concertation avec les citoyens et les acteurs concernés, avec pour premier objectif de favoriser l’accès aux services et aux ressources maritimes à toutes les catégories sociales, a précisé le CESE.

Dans ce sens, le rapport recommande de mettre en place une gouvernance institutionnelle efficiente de la SNEB confiée à une commission interministérielle créée auprès du chef du gouvernement et chargée, entre autres, d’élaborer le projet de cette stratégie de manière concertée avec l’ensemble des parties prenantes, notamment les collectivités territoriales, le secteur privé et la société civile, au niveau national et territorial, et de définir les mesures d’intégration de ses orientations dans les politiques publiques, les stratégies et les plans sectoriels au niveau national, régional et local.

Cette commission assurera le pilotage opérationnel et le suivi de la mise en œuvre de la SNEB par les différentes parties prenantes selon leurs prérogatives respectives et développera les outils de coordination des politiques sectorielles afférentes à l’économie bleue et les critères de régulation et d’arbitrage entre les acteurs publics et privés, tout en veillant à la mise à jour de l’arsenal juridique et institutionnel en l’adaptant aux objectifs de la stratégie bleue.

Elle proposera également des mesures opérationnelles en vue d’assurer la cohérence des politiques publiques des secteurs concernés avec les priorités et les orientations générales de la SNEB et elle établira un reporting annuel de mesure de la performance de la mise en œuvre de la stratégie et ses retombées sur l’atteinte des 17 objectifs de développement durable.

Le Conseil a souligné, par ailleurs, la nécessité d’accélérer la délimitation juridique, au niveau des instances des Nations unies, de l’espace maritime marocain pour assurer sa souveraineté, en élaborant une planification spatiale maritime (PSM) au niveau territorial pour une économie globale et intégrée et renforçant le rôle central des territoires dans le développement des secteurs de l’économie bleue dans le cadre de la régionalisation avancée.

Pour rappel, le CESE s’est autosaisi, le 1er décembre 2017, d’un rapport sur le thème de l’économie bleue, conformément à l’article 6 de la loi organique N°128-12 relative à son organisation et à son fonctionnement. Dans ce cadre, le Bureau du Conseil a confié à la Commission permanente chargée des Affaires de l’environnement et du développement durable la préparation d’un rapport sur le sujet.

Lors de sa 93e session ordinaire tenue le 21 décembre 2018, l’Assemblée générale du CESE a adopté à l’unanimité un rapport «Economie Bleue : pilier d’un nouveau modèle de développement du Maroc».

 

Share.

Leave A Reply