Algérie.. Le méga-projet algéro-chinois de l’exploitation de phosphate tombe à l’eau à cause de l’instabilité du pays

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le méga-projet algéro-chinois de l’exploitation de phosphate de l’Est algérien est tombé totalement à l’eau faisant perdre à l’économie algérienne plus de 7 milliards de dollars. Annoncé en grande pompe en 2018, ce projet a pataugé pendant plus d’une année à cause de la mauvaise gouvernance et des tiraillements politiques internes au sein du pouvoir algérien.

Le 26 novembre 2018, un accord de partenariat entre les groupes Sonatrach et Asmidal-Manal, et les groupes chinois Citic et Wengfu a été signé à Tébessa pour la réalisation d’un projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate et du gaz naturel des gisements de la région de Bled El Hadba. L’accord a été signé par l’ex-PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, et le PDG de la société Citic, Chen Xiaoijia, à la direction de transfert du gaz dans la localité Oglet Ahmed, à 22 km de Bir El Ater, distante de 106 km au sud du chef-lieu de wilaya.

Le méga-projet en question obéissait à la règle 51/49%. Il était réparti entre le gisement de Bled El Hadba à Tébessa (2045  ha), la plateforme de Oued Kebrit à Souk Ahras (1484 ha), celle de Hadjar Essoud à Skikda (149 ha) et le port de Annaba (42 ha). Cet investissement, qui est doté d’une enveloppe dépassant les 7 milliards de dollars, devait créer 3000 postes de travail directs alors que ses chantiers de réalisation à travers les quatre wilayas assureront 14.000 postes d’emploi. Le complexe de phosphate devait garantir des revenus en devises à hauteur de 1,9 milliard de dollars/an.

Ce projet n’a jamais vu le jour. Les troubles internes et l’incapacité du pouvoir algérien à ramener la stabilité ainsi que le climat délétère dans lequel est tombé le pays a dissuadé définitivement les investisseurs chinois de poursuivre ce méga-projet. Pékin a ordonné à toutes ses sociétés les plus importantes en Algérie de geler leurs activités jusqu’à ce que la situation politique revienne à la normale.

 

Partager.

Votre commentaire