Architecture.. Les Lauréats du concours «Plus qu’un simple lien» dévoilés

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’École d’Architecture et de Paysage de Casablanca (EAC), l’Association de l’Espace Mohamed Abdou (AEMA) et l’Institut Français de Casablanca (IFC) ont dévoilé les lauréats du concours « Plus qu’un simple lien », dont l’objectif est de rétablir la liaison historique entre le quartier Palmier et le Parc de la Ligue Arabe.

« Il s’agit d’un projet qui se donne pour objectif de promouvoir le principe d’une passerelle piéton enjambant le Boulevard Zerktouni qui soit aussi une nouvelle façon de traverser offrant une transition élégante entre le square Mohamed Abdou et le Parc de la Ligue Arabe », indique un communiqué conjoint de l’EAC et l’IFC.

Cet appel à idées, lancé en mai dernier, invite les participants à proposer un franchissement au-dessus du boulevard, en favorisant la qualité urbaine et la liberté de circulation pour les piétons et les cyclistes, qui soit « Plus qu’un simple lien », précise la même source.

Pour ce faire, poursuit la même source, chaque participant été amené à développer son imagination et sa créativité afin de mener à bien ce projet tout en respectant plusieurs critères, à savoir la fonctionnalité, l’esthétique, l’originalité ou la valeur ajoutée (usages multiples, prise en compte de tous les public).

En réponse à cet appel à idées, 8 projets de professionnels et 16 projets d’étudiants, ont été reçus, fait savoir le communiqué, notant que ces projets sont exposés à la galerie 121 de l’IFC jusqu’au 31 octobre prochain.

« Aussi complexe que soit une ville en pleine croissance, la préservation du patrimoine architectural constitue un véritable enjeu pour affiner son identité urbaine. Conscients de cette réalité, les organisateurs de cet appel à idées souhaitent contribuer à la prise de conscience de l’importance des problématiques liées à la ville et à la qualité urbaine », relève le communiqué.

En encourageant les jeunes architectes Casaouis à imaginer leur ville, ils soutiennent la création et la qualité architecturale comme facteur de lien social et d’attractivité, ajoute la même source.

« Ce projet consolide l’engagement de l’Ecole d’Architecture et de Paysage de Casablanca dans l’évolution de la ville de Casablanca et rappelle que le rayonnement de notre ville est possible grâce à des initiatives citoyennes et engagées », a déclaré, à cette occasion, Abdelmoumen Benabdeljalil, Président et co-fondateur de l’EAC.

« Les casablancais doivent s’approprier leur ville et mobiliser leur créativité pour réinventer le quotidien et faciliter les déplacements en améliorant la connectivité entre les quartiers », a ajouté M. Benabdeljalil, soulignant ainsi l’intérêt d’initiatives comme celles de l’AEMA.

Sur la base de cette idée, un jury, composé d’experts et d’habitants du quartier, s’est réuni le 15 juillet 2021 à l’IFC. Ce jury est constitué de M. Benabdeljalil (Président du jury), Martin Chenot, Directeur de l’IFC, Ilyass Alami Afilal, président de Beaux-arts Solidarité Maroc, Hassan Dabchy, Conseiller du Conseil du Gouvernement, Siham El khaddou, Directrice Maison Région Occitanie, Hicham Lahlou, Designer- Architecte d’intérieur, Maria Laraki, Présidente de l’Association des Architectes Paysagistes du Maroc et Lamyae Ouchbab, Architecte DENA.

Après délibérations, le jury a attribué le prix de la Catégorie « Professionnels » au projet porté par El Mehdi Belyasmine, alors que la Mention du jury a été attribuée à Youssef Barka et Hamza Fasly.

Dans la Catégorie « Étudiants », le premier prix a été décerné à Zainab Boualam et Mohamed Amine Fadili (valeur de 25.000 DH), le 2ème prix à Imane Mezioudi (valeur de 15.000 DH) et le 3ème prix à Yassine Lazrak et Amine El Ouatib (valeur de 10.000 DH).

Initialement, le square Mohamed Abdou faisait partie du Parc de la Ligue Arabe. Dès le plan de Henri post de 1917, il apparait dans la composition de ce qui s’appelle alors le « Grand Parc », rappelle le communiqué, notant que celui-ci est implanté sur le tracé de l’Oued Bouskoura, menant ainsi du centre de Casablanca vers le quartier Palmier par une continuité végétale de grande qualité pour les habitants.

Avec le temps l’intensification du trafic automobile et surtout la création de la trémie ont cassé cette continuité urbaine, transformant le boulevard Zerktouni en barrière physique pour la circulation piétonne. Ainsi, le quartier Palmier autrefois relié au principal parc de Casablanca et au centre de la cité, en est aujourd’hui coupé.

Alors que l’ouverture du Parc de la Ligue Arabe rénové, redonne un espace vert majeur au cœur de Casablanca, l’idée de rétablir cette connexion urbaine apparait comme une évidence dont l’AEMA avait récemment exprimé la nécessité auprès des autorités.

« Les passerelles existent depuis des années mais récemment elles sont devenues bien plus que de simples innovations architecturales. Elles sont aujourd’hui perçues comme des éléments essentiels d’une nouvelle révolution de la connectivité urbaine et du lien social », explique M. Benabdeljalil.

Fondée en 2004 par des architectes de renom, l’EAC est une école privée d’Architecture et d’Architecture du paysage, reconnue par l’Etat à Casablanca au Maroc et est membre du réseau Honoris United Universities, le premier réseau panafricain d’enseignement supérieur privé avec 14 instituts et plus de 57.000 étudiants, dans 10 pays et 32 villes.

L’École d’Architecture et de Paysage de Casablanca propose aujourd’hui 2 filières de formation, l’architecture et l’architecture du paysage.

L’AEMA a été fondée en 2003 par les riverains du boulevard Mohamed Abdou et comprend parmi ses membres les résidences, les commerces, les entreprises, les professions libérales et les institutions qui résident ou exercent aux alentours du parc.

L’IFC est un établissement culturel et un centre de langue qui fait partie du Service de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France au Maroc. Il a pour mission de diffuser et promouvoir la langue et la culture française en faisant circuler les œuvres et les idées.

Son directeur, Martin Chenot, lui-même architecte et urbaniste, a largement relayé le principe de cette liaison urbaine.

Partager.

Votre commentaire