Zéro accident dans le BTP

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le secteur du BTP est le secteur le plus accidentogène au Maroc  comme dans d’autre pays africains et  à moindre degré en Europe. Les principales causes d’invalidité et de décès dans le BTP sont multiples : chutes de hauteur, utilisation d’outillage à main et chutes de plain-pied… Ces accidents fatals ternissent l’image de ses acteurs qui sous-estiment encore le « retour sur investissement » des mesures de prévention.

« Zéro accident ». C’est l’objectif sur lequel il faut que tous les professionnels du secteur aient le même ordre de contribution. Comment pourrait-il en être autrement lorsque l’on parle de sécurité des salariés sur les chantiers ? Pourtant la marche semble encore haute pour atteindre ce résultat. Que ce soit en nombre d’accidents, au regard de leur gravité ou en termes de salariés décédés.

Les petites entreprises en tête en termes d’accident de travail. Si certains arguent qu’un manque de moyens humains et financiers explique cette situation, d’autres pointent le système de contrôle de sécurité dans les chantiers du BTP en général.
Bien sûr, le secteur de la construction présente un niveau de risques bien plus élevé que la plupart des autres secteurs d’activités : situations de travail temporaire, manutention, substances dangereuses, co-activité sur les chantiers… Mais faut-il être fataliste pour autant ? Certainement pas. Les efforts entrepris depuis quelques années par les grandes entreprises, en matière de sécurité et mieux dotées que les PME.

Afin d’avoir  les meilleurs résultats dans la sécurité  dans nos chantiers,  Il faut une implication total des managers dans cette dynamique, en  plaçant  la sécurité au même niveau que la qualité et la rentabilité. Notre premier travail consiste à sensibiliser les chefs d’entreprises au fait d’être exemplaire en matière de sécurité. » Et l’exemplarité du management s’illustre par bien des aspects. A commencer par la sanction financière.

 Combien de chefs d’entreprises vont sur les chantiers en costume, sans porter d’équipement de protection ?

Partager.

Votre commentaire