Sénégal.. La décision d’augmenter le prix du ciment annulée par le gouvernement

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Sococim Industries, les Ciments du Sahel (CDS) et Dangote Cement Senegal (DCS), trois cimenteries en activité au Sénégal, ont décidé unanimement d’augmenter le prix du ciment. Une décision qui a été par arrêté ministériel du gouvernement.

Le 13 mars, Sococim, filiale du français Vicat, a procédé, à une augmentation unilatérale du prix de sa tonne de ciment, à hauteur de 3.500 F CFA (5,34 euros). Ses deux concurrents lui ont aussitôt emboîté le pas. Le 14 mars, le ministère du Commerce, de la consommation, du secteur informel et des petites et moyennes entreprises a rendu public, un arrêté dont les articles 1er et 2 rappellent que «les prix plafond du ciment ex usine-sont fixés aux prix antérieurs pratiqués au 1er janvier 2018» et «est considéré comme prix illicite, tout prix supérieur aux prix plafond fixés à l’article premier (…)».

Rappelons que c’est la deuxième fois en l’espace d’une année que les producteurs de ciment tentent en vain d’augmenter leurs prix de vente.

Les trois cimentiers justifient leur décision l’imposition de taxes par le gouvernement. En effet, afin de renflouer son budget, l’État sénégalais a institué, ces dernières années, au titre de la contribution spéciale sur les mines et carrières, un prélèvement de 5% sur le prix de la tonne de ciment, avant de faire appliquer une autre taxe spéciale de 3 F CFA sur chaque kilogramme de ciment livré.

«En 2018, nous avons eu une année difficile, durant laquelle tous les cimentiers ont essuyé des pertes estimées à des milliards de F CFA. La vérité est que nous ne pouvons plus continuer à absorber des taxes sur nos marges», a martelé Youga Sow, PDG de Sococim Industries, dans les colonnes de Sud Quotidien, estimant que les entreprises doivent aujourd’hui répercuter ces différentes aux utilisateurs.

«L’année dernière, l’État avait bloqué les prix parce qu’il avait lancé “l’année sociale”. Aujourd’hui, nous sommes sortis de cette situation et ne pouvons plus continuer à vendre à perte», poursuit le chef d’entreprise, selon lequel le prix de vente du ciment au Sénégal est le moins cher de l’Afrique de l’Ouest. «Le différentiel entre les prix pratiqués dans notre pays et ceux de la sous-région est de l’ordre de 20.000 et 25.000 FCFA, alors que le Sénégalais achète la tonne de ciment entre 20.000 et 25.000 FCFA», indique-t-il.

 

Partager.

Votre commentaire