Préventica international Maroc.. Le salon est de retour du 11 au 13 avril à Casablanca

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

    Le salon Preventica international Maroc est de retour pour une 6e édition, du 11 au 13 avril à Casablanca. Cet évènement qui réunit à un large éventail des acteurs de la prévention des risques en milieu professionnel a gagné en attractivité au fils des années et se positionne désormais comme «The place to be» pour les entreprises soucieuses de leur sécurité et celles de leurs collaborateurs. Il permet aux décideurs de trouver «des solutions concrètes» à mettre en œuvre pour améliorer à la fois la protection des salariés et la sécurité des entreprises, indiquent les organisateurs dans un communiqué.

Le Salon propose de faire un tour d’horizon de toutes les thématiques de prévention des risques et s’adresse à l’ensemble des secteurs d’activités, en occupant plus de 7.000 m2 d’exposition. Ainsi, 3 salles de conférences accueilleront durant 3 jours durant quelque 200 experts nationaux et internationaux ainsi que des acteurs politiques, institutionnels et économiques pour échanger et partager leurs expériences sur le thème de maîtrise des risques professionnels. Cette année, les organisateurs s’attendent à accueillir entre 4.000 et 5.000 visiteurs.

L’évènement veut instaurer une «culture de prévention des risques» au sein des entreprises marocaines. «Notre but est de démontrer en permanence que sécurité est synonyme de performance de l’entreprise, qu’une entreprise qui investit dans la sécurité aura un gain de performance très important», explique Éric Dejan-Servières, commissaire général international des Congrès/Salons Préventica, dans un entretien accordé au journal «Le Matin».

À l’image de son aîné Préventica France, le Salon dédié au Maroc s’attache à aborder le sujet de la sécurité en milieu professionnel, indique Éric Dejan-Servières, commissaire général international des Congrès/Salons Préventica. Soulignons pour terminer que l’objectif du salon, en 2018, a été la Prévention des Risques chimiques.

Partager.

Votre commentaire