Marrakech ambitionne de devenir un modèle international pour «la mobilité écologique»

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La cité ocre ambitionne de devenir un modèle international pour «la mobilité écologique». Elle vient de lancer un projet pilote baptisé «EMOB». Fruit d’un partenariat entre la commune urbaine de Marrakech, le Conseil régional de Marrakech-Safi et la société de transport durable (EMOB), le projet vise à promouvoir une mobilité durable sobre en carbone au niveau de la région afin de répondre aux engagements du Maroc dans le cadre de sa contribution nationale déterminée qui vise à réduire la quantité des gaz à effet serre dans le secteur du transport, tout en offrant un bon service aux utilisateurs.

L’objectif du projet consiste aussi à faire de Marrakech la plus importante plateforme africaine dédiée à l’industrie de la mobilité durable et d’installer au sein de la région Marrakech-Safi un écosystème industriel dédié à la construction et à la commercialisation des véhicules durables. En vertu de ce projet, la région de Marrakech-Safi souhaite passer à un parc de deux roues 100% durable à l’horizon 2040.

Le projet, qui intervient suite à une étude de faisabilité réalisée dans le cadre du programme de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, vise à atteindre un objectif de 20.000 motos électriques en circulation à l’horizon 2021 avec la réalisation d’une unité de production locale.

Dans une déclaration à la MAP, le vice-président de la commune de Marrakech, chargé des services généraux, Ahmed El Motassadeq, a souligné que ce projet intervient dans un contexte marqué par le coup d’envoi de la stratégie nationale de développement durable, indiquant que la mise sur le marché de ces motos électriques est prévue d’ici un mois.

M. Moutassadeq a souligné qu’EMOB a noué un partenariat avec Medina Bike, le premier système de partage de vélos officiel au Maroc, pour introduire les motos dans le paysage urbain de Marrakech et les rendre plus accessibles à la population locale. Ce partenariat, a-t-il relevé, prévoit la mise en place d’un réseau exclusif de location en libre-service de motos, entièrement écologique.

Certains motocyclistes, approchés par la MAP, n’ont pas hésité à exprimer leur intention d’opter pour les motos électriques, qui sont éco-friendly et aussi performants que les motos à combustion, à condition d’être mises en vente à des prix abordables et compétitifs, appelant à appuyer cette initiative par des subventions à l’instar de celle octroyée pour le renouvellement du parc des grands taxis, et à la réduction des tarifs des assurances au profit de ces motos nouvelle génération afin d’encourager l’adoption de ce nouveau mode de transport propre. Ils ont appelé également à mener des campagnes de sensibilisation pour expliquer aux gens les avantages environnementaux, la rentabilité et les spécificités de ces motos électriques.

Soulignons pour terminer que la ville de Marrakech s’est déjà inscrite dans ce concept de «mobilité durable et écologique» avec notamment la prise de plusieurs actions : mise en circulation des bus électriques alimentés par l’énergie verte produite par la station solaire, les vélos libre-service et la promotion des voitures électriques entre autres. En optant pour ces mesures, la cité ocre ambitionne de devenir un modèle de ville durable.

 

Partager.

Votre commentaire