M.Fassi Fihri prend part à la 2ème édition du FOMAHDU

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

 Le Maroc a pu réduire de moitié le déficit en logement en l’espace de 5 années, reloger plus d’un millions de concitoyens dans un habitat décent, et améliorer, grâce à la politique de la ville, le cadre de vie de millions de marocains, a affirmé, mardi à Dakar le ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Abdelahad Fassi Fihri.

Intervenant à l’ouverture de la 2ème édition du Forum ministériel africain sur l’habitat et le développement urbain (FOMAHDU), organisée conjointement par le Maroc et le Sénégal, le ministre a souligné que le Royaume qui a fait et continue de faire face aux problématiques de l’urbanisme et de l’habitat, a connu, à cet égard, “des succès dont nous sommes fiers. Une fierté que nous partageons avec toute l’Afrique”.

Aujourd’hui, plus de 200 villes sur les 250 ont connu des transformations profondes de leur paysage urbain et voient leur attractivité s’accroitre, a-t-il dit, relevant que certaines villes “peuvent aujourd’hui prétendre à une compétition décomplexée avec des métropoles régionales, voire mondiales”.

Cela a été réalisé grâce à un mode de financement novateur, tel que le Fonds de Solidarité Habitat et d’Intégration Urbaine, alimenté par des taxes parafiscales sur le ciment et le fer à béton, un partenariat public-privé ciblé, une mobilisation du foncier public au profit aussi bien d’actions réparatrices que d’actions préventives telles que l’ouverture à l’urbanisation, l’aménagement de pôles urbains ou la création de Villes Nouvelles, a-t-il expliqué.

Le Maroc est disposé à mettre en partage son expérience sans réserve avec les pays africains pour construire un avenir commun et meilleur, a souligné M. Fassi Fihri, appelant à trouver les moyens et mettre en place les mécanismes qui permettent de partager les expériences, de les mutualiser et d’en faire bénéficier le plus grand nombre de pays et de citoyens africains.

Abordant les travaux du 2ème FOMAHDU, il a mis en évidence l’importance de cette manifestation “placée sous le signe de l’action”, soulignant que les défis auxquels l’Afrique doit faire face n’ont d’égal que son formidable potentiel humain et économique et son impressionnant dynamisme démographique et social.

“Notre continent est, en effet, face à des transformations sans précédent, tant par leur ampleur que par leur vitesse”, a-t-il dit, notant qu’entre 1950 et 2016, la population africaine résidant dans les villes est passée de 34,5 millions à 486,4 millions d’habitants, soit une multiplication par un facteur de 14, tandis que le nombre de mégalopoles est passé de 2 en 1960 à 57 en 2009.

L’étalement urbain qui résulte de ces dynamiques est de plus en plus important et s’accompagne d’une propension à la surconsommation du foncier et d’un surcoût important des services, a poursuivi le ministre, relevant que dans ce processus, la question de l’habitat reste primordiale.

Aujourd’hui, a poursuivi le ministre de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, l’un des défis majeurs de la ville africaine est de conjuguer la nécessaire amélioration des conditions de vie et ressources de ses habitants avec la maitrise de l’étalement et l’accueil des populations dans des conditions décentes, notamment celles qui continuent d’arriver en masse du milieu rural.

“L’autre défi vient des engagements auxquels nous devons souscrire, avec conviction et obligation, ceux d’engager la croissance de nos villes dans des processus qui garantissent la durabilité et qui supposent donc intégration et cohésion sociales, croissance économique et création de richesses”, a-t-il dit, soulignant que le 2ème FOMAHDU sera sanctionné par l’adoption d'”une feuille de route de Dakar qui nous engagera tous à mener des actions concrètes, réalisables et mesurables”.

S’inscrivant dans le cadre des relations ancestrales et fraternelles entre le Maroc et le Sénégal, la 2ème édition du FOMAHDU, organisée avec l’appui de l’ONU-Habitat et dont la séance d’ouverture a été président par le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, est initiée sous le thème “L’Afrique met en oeuvre le Nouvel agenda urbain : Villes africaines et intégration urbaine”.

Le Maroc est représenté à ce forum de deux jours par une forte délégation conduite par M. Abdelahad Fassi Fihri, et comprenant la Secrétaire d’Etat, chargée de l’habitat, Mme Fatna Lkhiyel, l’ambassadeur du Maroc à Dakar, Taleb Barrada, le Président du directoire du groupe Al Omrane, Badre Kanouni, et d’autres responsables au ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville.

Partager.

Votre commentaire