Le Maroc se distingue par son expérience en matière d’aménagement du territoire

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Maroc se distingue par son expérience en matière d’aménagement du territoire et s’est doté depuis 15 ans d’un schéma national d’aménagement du territoire. L’affirmation est du ministre de l’Aménagement du territoire, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Abdelahad Fassi Fihri. Ce dernier s’exprimait dans une déclaration à la presse à l’issue d’une rencontre de consultation sur le processus de préparation des orientations politiques générales d’aménagement du territoire national, présidée, jeudi à Rabat, par le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit.

M. Fassi Fihri a relevé qu’il est nécessaire d’actualiser ce schéma pour l’adapter aux nouveautés institutionnelles, économiques, sociales et démographiques du Royaume. Le ministre a souligné, dans ce cadre, qu’il faut se pencher sur des questions très importantes liées à l’urbanisation et la littoralisation, le développement du monde rural, la conception de l’armature urbaine et des différentes fonctions des villes, la pression sur les ressources naturelles et les zones vulnérables. «Nous avons besoin d’un cadre de mise en cohérence des politiques publiques et de dialogue fécond entre l’Etat, d’une part l’Etat, et les régions avec leurs nouvelles prérogatives, de l’autre», a-t-il indiqué, signalant que l’objectif est de renforcer la coordination, la cohésion et la complémentarité entre les différentes interventions publiques dans ce domaine.

«Ce chantier est en liaison avec le nouveau modèle de développement dont le fil conducteur est celui d’essayer de combattre les inégalités sociales et territoriales», a-t-il rappelé.

M. Fassi Fihri a souligné, par ailleurs, que les prochains mois seront marqués par des rencontres de consultation et des colloques nationaux et régionaux visant à redéfinir les orientations politiques générales d’aménagement du territoire national pour les 30 prochaines années.

Pour sa part, le président de l’Association des présidents des régions, Mohand Laenser, a souligné que cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une série réunions visant à jeter la lumière sur l’avancement du chantier de la régionalisation avancée et examiner les problèmes rencontrés par les présidents des régions par rapport à la mise en place de ce chantier, faisant état de certaines problématiques liées au retard constaté dans la promulgation de certains textes de loi.

La régionalisation avancée est un chantier basé sur une approche horizontale et concerne aussi bien le ministère de l’Intérieur que les autres départements, a-t-il indiqué. A ce stade, a-t-il précisé, il est nécessaire d’avoir des prérogatives bien définies et claires dans le sillage de la décentralisation qui permettront aux régions d’exercer sur le terrain des compétences déjà existantes dans les textes.

Il s’agit aussi de se pencher avec les services du ministère de l’Intérieur sur les relations entre les présidents des régions et la Direction générale des collectivités territoriales, le ministère de l’Economie et des finances et la Trésorerie générale, a-t-il signalé.

 

Partager.

Votre commentaire