Effondrements à Marseille: la piste de la défaillance du sol envisagée

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

LOGEMENT. Des experts du CSTB présents à Marseille ce jeudi 29 novembre avec le ministre Denormandie s’interrogent sur une possible défaillance des sols qui pourrait expliquer l’effondrement des immeubles rue d’Aubagne. A l’occasion de cette visite, le ministre a annoncé une aide de 240 millions d’euros pour lutter contre l’habitat indigne.

Julien Denormandie, ministre chargé de la Ville et du Logement auprès de Jacqueline Gourault, la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, était présent ce jeudi 29 novembre à Marseille pour faire le point sur l’évolution de la situation, après l’effondrement de plusieurs immeubles d’habitation extrêmement vétustes qui avait causé la mort de 8 personnes au début du mois. Le ministre a notamment échangé avec les équipes du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) qui ont été mobilisées, à la demande de l’Etat, pour travailler sur les causes du drame. “La durabilité des immeubles n’est pas en cause”, a déclaré à la presse Charles Baloche, directeur adjoint du CSTB. Selon l’expert cité par l’AFP, les immeubles effondrés sont “sans fondation, avec des murs directement déposés sur le sol”, ajoutant : “Ce mode de construction suppose qu’aucun élément ne soit en position de faiblesse. Si un mur porteur est défaillant, soit par lui-même, soit par le sol, l’effondrement est garanti. Si la maçonnerie est sèche (…), normalement, il n’y a pas de problèmes. On en déduit que le problème vient du sol.”

Partager.

Votre commentaire