Conservation du patrimoine.. Le ministre de l’Habitat préside le 1er atelier de formation continue

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le ministre de l’Aménagement du Territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, Abdelahad Fassi Fehri, a présidé, jeudi 4 au siège de l’Ecole nationale de l’architecture (ENA) de Rabat, le premier atelier de formation continue en domaine de l’intervention dans le projet patrimonial au profit des cadres et responsables du ministère. Cette formation est organisée conjointement par le PVD2K et l’ENA de Rabat.

Dans son mot d’ouverture, le ministre a mis en avant l’importance que requiert, aujourd’hui, la réussite du PVD2K en présentant les grands enjeux socioéconomiques des Ksour et Kasbah et de leur environnement oasien. Il a rappelé, dans ce cadre, que sur le plan social, les 1000 Ksour et Kasbah qui peuvent encore être sauvés concernent une population de 1 million d’habitants vivant dans des conditions d’extrême vulnérabilité, ce qui interpelle le renforcement et la conjugaison des efforts et que sur le plan du développement régional, les ksour et Kasbah et leur environnement oasien constituent un levier pour le développement et l’attractivité des territoires, vu la richesse culturelle, urbanistique et environnementale qui font de ces lieux un véritable patrimoine à la fois matériel et immatériel.

Ce sont ces enjeux-là, a insisté M. Fehri, qui ont mis la valorisation des Ksour et Kasbah au cœur des préoccupations du ministère. Et de préciser que 2019 est une année décisive dans la mesure où les 16 sites pilotes doivent être restaurés et considérés comme une action pilote réussie et que le ministère sera doté, cette année, d’une stratégie nationale d’intervention dans les Ksour et Kasbah du Maroc à l’horizon 2025.

Le ministre de l’Habitat a souligné que la question de la valorisation des Ksour et Kasbah, en tant que tissus anciens chargés d’histoire, est essentielle. Elle ne doit pas se limiter à la seule action de restauration pour l’embellissement, mais elle doit être également une action de conservation de l’authenticité de ce patrimoine et de la préservation de l’âme des lieux.

Dans ce cadre, M. Fehri a mis exergue l’importance de la maîtrise des connaissances dans ce domaine, précisant que la valorisation durable des ksour et kasbah du Maroc constitue un grand chantier qui a besoin de ressources humaines qualifiées, d’où l’importance de la formation des cadres et responsable dans le domaine de préservation du patrimoine, qui seront en mesure de prendre la relève et d’accompagner ce grand chantier.

A la fin de son allocution, le ministre a invité les participants à contribuer à la réussite de cet atelier et à l’atteinte de ses objectifs en s’inscrivant dans la logique de l’andragogie qui repose sur l’implication et la contribution à la formation et sur la mise en pratique des connaissances acquises dans des projets réels du ministère. Dans 6 mois, a-t-il précisé, une évaluation sur la pratique réelle sera menée, encourageant, ainsi, les cadres à prendre des initiatives pour faire bénéficier le ministère de ladite formation.

«La restauration des Ksour et Kasbah ne doit pas se limiter à la simple action d’embellissement, mais elle doit également et surtout être une action de conservation de l’authenticité de ce patrimoine et de la préservation de l’âme des lieux», a-t-il conclu.

Partager.

Votre commentaire


Nos Partenaires