Bonnes perspectives pour le BTP français cette année

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La Fédération française du bâtiment (FFB) s’est montrée, mardi 27 juin, plus optimiste au vu d’un début d’année meilleur que prévu dans le BTP en France, rapporte Reuters. Lors de son précédent point trimestriel de conjoncture réalisé avant les élections présidentielle et législative, la fédération avait dit s’attendre en 2017 à une accélération de l’activité du secteur en volume, avec une hausse attendue de 3,4% tirée par le logement neuf, ainsi qu’à un redémarrage de l’emploi avec un solde net attendu de 10.000 postes. En 2016, le bâtiment en France avait renoué avec une croissance de 1,9% et vu ses effectifs se stabiliser, après huit années de crise.
«Nous avons un contexte général économique mieux orienté qu’anticipé. Aujourd’hui, en première estimation, la production a crû de 4% au premier trimestre. De plus, le dynamisme de nombre de nos segments de marchés se confirme», a déclaré Jacques Chanut, président de la FFB, au cours d’une conférence de presse. Malgré un léger ralentissement en avril, les mises en chantier de logements ont atteint un cumul sur douze mois de 391.500, plus haut niveau depuis septembre 2013. Selon la FFB, le secteur a retrouvé des couleurs plus vives qu’escompté grâce à une croissance économique qui s’affirme, à un marché du crédit toujours porté par des taux bas, ainsi qu’au maintien du niveau de construction locative sociale et des aides fiscales à l’acquisition et à la rénovation.
En revanche, elle signale que la hausse des prix de l’immobilier, la lenteur de la simplification administrative et le retard pris par le plan de rénovation énergétique constituent des bémols pour les perspectives du BTP. La fédération préfère ainsi attendre septembre pour actualiser ses prévisions 2017, une fois que les chiffres du deuxième trimestre auront été publiés. La FFB se félicite du report à la fin de l’année du délai de déclaration obligatoire des entreprises dans le cadre du dispositif sur la pénibilité, qu’elle dénonce comme une usine à gaz inapplicable dans le BTP. Toutefois, le président de
la fédération souligne que «reporter n’a jamais réglé les problèmes» et qu’il faut maintenant trouver une vraie réponse à la question.

Partager.

Votre commentaire

Nos Partenaires