Bombardier lance un nouveau programme pour accroître sa productivité

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le constructeur aéronautique et de matériels ferroviaires canadien, Bombardier, qui lutte depuis trois ans pour sa survie, a annoncé jeudi le lancement «d’un nouveau programme pour accroître sa productivité visant à rationaliser, alléger et simplifier davantage sa structure» et qui prévoit notamment la création d’un «nouveau Bureau de Technologies de pointe» qui sera dirigé par François Caza, érigé «chef de la direction de la technologie».

«Les activités du BTP seront centrées sur la conception et l’ingénierie de systèmes, y compris l’application de l’expérience des programmes aéronautiques de Bombardier à ses activités de transport sur rail», a expliqué le groupe canadien. «En plus de rajuster la taille et redéployer son équipe centrale d’ingénierie, Bombardier a lancé une initiative de restructuration, à l’échelle de l’entreprise, axée sur l’optimisation des processus de production et de gestion, la simplification des structures de gestion et une réduction accrue des coûts indirects», a indiqué la société.

Bombardier a annoncé également la suppression de 5.000 postes (7,2% de sa masse sociale) d’ici 12 à 18 mois dans le monde afin de «rationaliser» ses comptes. Le groupe canadien n’avait pas officiellement, dans l’immédiat, précisé comment il comptait s’y prendre pour réduire ces postes, mais selon les médias locaux, la moitié de ces réductions de poste toucheront les équipes québécoises de Bombardier. Ces « efforts » de 5.000 postes en moins permettront « des économies annuelles d’environ 250 millions de dollars américains lorsque la réduction aura été totalement réalisée, ce qui devrait se concrétiser d’ici 2021», a indiqué l’entreprise.

Le groupe établi à Montréal a également fait part de la vente « d’actifs non stratégiques » totalisant environ 900 millions de dollars (788 millions d’euros), dont le programme de fabrication de son turbopropulseur Q400 et la marque Havilland, cédés pour quelque 300 millions de dollars au fond d’investissement canadien Longview Aviation Capital.

Partager.

Votre commentaire