Algérie, Autoroute Est-Ouest : “Cinq milliards de dollars de corruption”

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’arnaque du siècle ! C’est le titre que devra porter le film traitant du scandale de l’autoroute Est-Ouest. Un scandale qui aurait permis de détourner pas moins de cinq milliards de dollars, dénonce un ancien haut responsable impliqué dans ce projet de magouilles.

“Dans cette affaire, il y a eu corruption. L’autoroute a coûté 11 milliards de dollars, auxquels il faut ajouter 5 milliards de corruption”. L’homme qui a fait cette révélation fracassante devant les juges s’appelle Mohamed Khelladi. Il est parmi les anciens managers de l’Agence nationale de l’autoroute (ANA), une institution qui a joué un rôle important dans la gestion du mégaprojet.  Cet ex-responsable lance un véritable pavé dans la marre.

“Monsieur le juge, en 2006, le tribunal a ouvert une enquête sur les surcoûts dans la réalisation de l’autoroute Est-Ouest, mais a elle été fermée par la suite. Même le ministre a parlé de 20% de surcoût. J’étais dans une cellule d’intelligence économique à la Gendarmerie nationale, je sais donc de quoi je parle. J’ai décidé, en tant que citoyen qui aime son pays, d’ouvrir le dossier”, explique-t-il sans aucun faux fuyant au tribunal criminel d’Alger.

Et c’est pendant son témoignage qu’il lance une véritable bombe. Il raconte que lors d’un voyage en Chine, il avait rencontré une source très proche de la société chinoise Citic-CRCC. Il apprend ainsi que les pots-de-vin et les commissions versées aux dirigeants algériens et leurs intermédiaires dans ce projet de l’autoroute est-ouest sont répartis comme suit : “Chani avait pris 4%, Falcone et Mohamed Bedjaoui (ancien ministre des Affaires étrangères) 10%, alors que 25% ont été pris par Amar Ghoul, lequel a reversé 1,25% à Tayeb Kouidri. J’ai remis toutes ces informations au DRS. Je ne pouvais pas les garder. Ils ont enquêté. Je pense qu’ils les avaient déjà, mais il leur manquait des preuves”, assure Khelladi au juge qui lui retourne cette question “Ce sont les Chinois qui ont payé ?” Et Khelladi lâche une réponse assassine qui va certainement bousculé tout le gouvernement actuel : “Les Chinois ont donné 25% à Amar Ghoul et je regrette qu’il ne soit pas là pour s’expliquer…”

Amar Ghoul est donc officiellement mis en cause. Il aurait même pris la plus grande part du gâteau de la corruption. Et pourtant, il n’a même pas été convoqué par le juge pour qu’il fasse l’objet d’une enquête sérieuse et approfondie.

Algérie Focus

Partager.

Votre commentaire